Politique

Fièvre Ebola : Gueckedou fortement touchée

Sâa Bernard Tinguiano se sent désormais seul au monde. Sa femme et 7 autres membres de sa famille sont  tous victimes de la fièvre Ebola qui sévit dans la région forestière, particulièrement à Guéckedou. Ce père de famille a les larmes aux yeux.

Mais il n’est pas le seul à se plaindre de cette hémorragie virale.

Plus personne ne vit dans cette habitation en banco qui se dresse au quartier Baladou le plus touché par le virus Ebola. Au nombre de huit, les membres de cette famille ont tous succombés à cette fièvre hémorragique. Les voisins sont disponibles pour expliquer le drame de cette famille dont les tombes sont alignées au cimetière du quartier. « C’est leur mère qui a été la première à mourir. Juste après elle, une de ses filles est décédée et Benoit et Bruno et Natoma et deux autres filles sont  tous décédés. Le dernier cadavre, une nourrice est à l’hôpital », explique une voisine.

Au grand hôpital de Guéckedou où on compte plus de dix morts, les  malades sont admis dans un pavillon quadrillé. A trois pas des patients, deux hommes protégés du crâne aux orteilles s’appliquent à désinfecter ce centre hospitalier. Selon, le directeur de l’hôpital de Guéckedou« Le risque de contamination est grand ».

L’attention des médecins ne rassurent pas les patients qui s’évadent de l’hôpital pour solliciter les services des tradipraticiens. Ces derniers semblent dépassés par la virulence de cette maladie.

Un centre d’isolement pour les malades a été construit pour réduire le risque de contamination à Guéckedou. Et une quantité importante de produits désinfectants a aussi acheminés vers les zones endémiques. Où le bilan s’alourdit progressivement.

Souley de retour de Guéckedou

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top