Politique

Nigeria: découverte d’une «maison de l’horreur»

La police nigériane a découvert, samedi 22 janvier, un bâtiment où se trouvaient des corps en état de décomposition, des squelettes et des crânes ainsi que plusieurs personnes «ressemblant à de véritables squelettes».
La « maison de l’horreur », c’est ainsi que les médias l’ont baptisée.

La police nigériane a découvert samedi 22 janvier, dans un bâtiment, des corps en état de décomposition, des squelettes et des crânes. La police a également secouru plusieurs personnes « ressemblant à de véritables squelettes » qui erraient autour de ce bâtiment abandonné de la ville d’Ibadan, dans le sud-ouest du Nigeria.
Les images sont épouvantables. Elles montrent des cadavres qui gisent sur le sol, des corps en état de décomposition, des squelettes et des crânes. Et au milieu des morts se trouvent quelque sept personnes vivantes mais nues et agonisantes. En état de malnutrition avancée, elles « ressemblent à de véritables squelettes ». Certaines de ces personnes sont retrouvées en train d’errer autour de cette « maison de l’horreur » tandis que d’autres sont « enchaînées ».
Et ce n’est pas tout. Des ossements humains sont également découverts dans un puits asséché situé en face du bâtiment abandonné.
Toutes ces personnes seraient-elles victimes de gangs qui les auraient enlevées contre des rançons ou bien est-ce un simple repaire de kidnappeurs ?
Pour la presse locale, elles pourraient avoir été kidnappées pour être torturées ou sacrifiées lors de rituels.
En tout cas, pour la police criminelle, c’est le début d’une longue enquête. Elle a arrêté six personnes trouvées sur les lieux dont cinq agents de sécurité armés de fusils, d’arcs et de flèches.
La police compte également passer au peigne fin les papiers d’identité, les chaussures, les sacs et vêtements éparpillés sur les lieux et faire parler les quelques numéros de téléphones mobiles écrits sur les murs de cette « maison de l’horreur ».
Source : RFI

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top