Politique

Répression des manifestants à Diécké ; La CSDF hausse le ton

Dans l’après midi, le Conseil supérieur de la diaspora forestière (CSDF) a exprimé son indignation face à la « brutalité » perpétrée par les forces de l’ordre contre les populations de Diécké le week-end dernier. Ceci, lors d’une conférence de presse qu’il a organisé ce mercredi à la maison de la presse.

A travers une déclaration, Me Aimé Christophe Labilé Koné, membre du bureau exécutif du Conseil supérieur de la diaspora forestière (CSDF) a dénoncé ce qu’il qualifie la ‘’barbarie commise par les forces de l’ordre qui a fait quatre morts et plusieurs blessés graves à Diécké’’.

Pour lui cette répression a été causée lors que des forestiers ont tenté d’obtenir réparation après que les autorités aient confisqué leur terre agricole.

Poursuivant son intervention, le conférencier a égrainé les différents  conflits survenus au sud-est de la Guinée depuis 2010, tout en demandant au Président Alpha Condé de mettre fin ‘’aux répressions sanglantes auxquelles il se livre en Guinée forestière au nom d’un simulacre maintient d’ordre’’. A en croire le conférencier, le cas de Zowota, Guéckédou et Galakpaye ont  enregistrés aussi des morts et plusieurs blessés graves. « Dans une indifférence totale, le gouvernement guinéen n’avait même pas daigné diligenter une enquête pour situer les responsabilités, encore moins punir les auteurs de ces crimes. L’incident avait plutôt été l’occasion pour le Gouvernement de Monsieur Alpha Condé d’incarcérer illégalement des habitants de ses différentes localités », a-t-il déploré

Plus loin le Conseil supérieur de la diaspora forestière a exigé que le président Alpha Condé et ses hommes de mains  cessent « immédiatement » de se comporter en Guinée forestière comme en zone coloniale. « Ils doivent se rendre à l’évidence que le Forestier des années coloniales, dont la trop grande gentillesse frisait avec la stupidité, a changé », a laissé entendre Me Aimé Christophe Labilé Koné.

Pour terminer le Conseil de la diaspora forestière a invité les Guinéens de toutes les régions naturelles  à se joindre à sa lutte. Il a lancé également un appel aux chefs religieux, aux diplomates accrédités en Guinée et aux activistes des droits de l’homme d’enjoindre au président Alpha Condé de ‘’mettre un terme à ses expéditions militaires en Guinée forestière’’. Il a conclut son intervention en disant que ‘’les balles tirées à Diécké contre son peuple soient les dernières’’.

Rappelons que cette manifestation a été organisée par les femmes de la sous préfecture de Diécké pour exiger l’emploi de leurs enfants par la SOGUIPAH. Au moins trois personnes ont trouvés la mort lors de ces manifestations, selon de sources indépendantes présentes sur place.

Mamadou Oury Bah

 

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top