Politique

Kourémalé : le feu couve sous la cendre après une journée de lundi marquée par des violences

A Kourémalé, à la frontière entre la Guinée et le Mali, les esprits sont encore à fleurs de peau. Une frange importante des populations est encore sous le choc au lendemain des échauffourées d’hier lundi.
Selon un habitant de la localité, joint par notre rédaction, les jeunes loin d’en démordre, sont très en colère après ce qui a été infligé à la famille Doumbouya, la famille laissée par le fondateur même du village.

Cet habitant nous a confié que les jeunes ont toujours des velléités de manifester leur colère, « ils voulaient sortir ce matin, mais ils en ont été empêchés par les sages… » a-t-il laissé entendre.
L’ombre du député Sékou Savané plane sur les événements de lundi à Kourémalé. C’est lui qui aurait fait démettre il y a trois ans, Madou Doumbouya de ses fonctions de chef de village, pour le remplacer par quelqu’un de son choix, un certain Adama Keita, ressortissant de Badamokoh, donc pas de Kourémalé.
C’est ce nouveau chef de village qui aurait tenté de morceler pour des fins mercantiles un espace laissé par le fondateur du village, prévu pour recevoir le marché et le lieu de prière à l’occasion des fêtes religieuses. Ce à quoi se serait opposée la famille Doumbouya dont est issu l’ancien chef de village.
Selon nos informations, les hommes de Adama Keita seraient allés s’en prendre aux membres de la famille de Madou Doumbouya, molestant des femmes et des enfants. Bilan, une maison et deux véhicules incendiés, des femmes et leurs enfants arrêtés et conduits à Siguiri.
En dépit du passage du préfet Cheick Diallo et du secrétaire administratif, la tension est vive sur place. Désormais, les populations exigent le départ du chef de village imposé par Savané.
Aboubakri

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top