Politique

L’aéroport international de Conakry Gbéssia ressent durement l’impact du virus Ebola

En Guinée, il n’y a plus le moindre secteur d’activités qui ne soit durement affecté à cause de la résistance de l’épidémie hémorragique à virus Ebola qui frappe le pays voici maintenant huit mois.
Si l’hôtellerie et le tourisme sont parmi ceux qui paient le plus lourd tribut à la maladie, moins de 10% de clientèle dans les complexes hôteliers de Conakry, il faut dire aussi que l’aéroport international de Conakry Gbéssia, principal point d’entrée du pays par voie aérienne, a vu ses activités baisser de manière assez drastique.

La plupart des compagnies aériennes qui desservaient la destination Guinée, ont soit suspendu leurs mouvements ou l’ont substantiellement réduit. Pas plus de six compagnies continuent de faire des rotations vers Conakry. Ce qui représente un contrecoup assez dur pour la SOGEAC, la société de gestion de l’aéroport de Conakry.
Le directeur général de la société, M. Oulaba Kabassan Keita, faisant le constat amer récemment, a déclaré : « Aujourd’hui, nous n’avons plus que 17 mouvements par semaine ».
A l’aéroport de Conakry, des contrôles sanitaires stricts ont été mis en place à l’arrivée et au départ pour éviter l’entrée sur le territoire de voyageur malade ou l’exportation du virus vers d’autres cieux.
Aboubakri

Aujourd’hui, nous n’avons plus que 17 mouvements d’avion par semaine.
Keïta Oulaba Kabassan, directeur de la Sogeac

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top