Politique

Opinion : Pottal Fi Bhattal ou la Genèse d’une Organisation Terroriste en Guinée. (Alerte Rouge !)

« On s’est compris avec la Basse Guinée. Ils disent qu’ils voteront pour nous et en cas de guerre, ils nous aideront. Sans eux, ce serait difficile. Il faut vous lever et combattre l’ennemi. Pour que notre pays soit un pays de vérité, de justice, un pays où un citoyen n’a jamais peur de la justice du moment où il n’a rien gâté….  Je vais vous dire que le meeting a été suspendu pour des raisons d’Ébola. Mais on ne pourra pas éviter l’affrontement.

Parce qu’il n’est pas question pour nous de se laisser faire. Nous allons exiger que les conditions d’une élection transparente en 2015 soient réunies … On nous a trichés partout en Guinée, surtout en Haute Guinée et même en Forêt. Avec les 44% au premier tour, rien ne pouvait nous empêcher de gagner plus de 50% au deuxième tour. Nous ne sommes pas aimés en Guinée. Le slogan des autres ethnies c’est tout sauf peulh ; ils sont jaloux parce que nous avons le pouvoir économique. Les mêmes gens qui m’ont fait la guerre quand j’étais à la primature sont les mêmes regroupés dans l’Arc-en-ciel : Alpha Condé, Jean Marie Doré, Facinet Touré Papa Koly, etc sont tous contre le Fouta… Nous devons ensemble combattre l’ennemi … ».  Cellou Dallein à Chicago.

L’appel à la guerre civile de Cellou Dallein n’est ni un lapsus de langage, ni  le charabia d’un ivrogne, mais les mots d’un l’homme  politique qui parle du fond du cœur à ses militants, sous la bienveillance de Pottal Fi Bhattal, qui finance les voyages actuels du leader de l’UFDG.
L’UFDG nous l’avons dit et répété est un mouvement communautaire et non  un Parti Politique ; il est géré par des féodaux arriérés d’un autre siècle, qui prêche la Superioté d’une Communauté,   menaçant tous ceux qui ne pensent pas comme eux, au nom du Saint Coran (qui pourtant prêche la Tolérance et l’égalité entre les Peuples).
Saifoulaye Diallo Président, de l’Assemblée Nationale dénonce,: « Dans le cadre de cette même campagne de racisme pour détruire notre régime, nos défenseurs chevronnés du Fouta, parlant des natifs de cette région qui ont rejeté définitivement toutes les formes de racisme et qui restent fidèles à l’idéal révolutionnaire du PDG, ils n’hésitent de dire: «Ceux-là, ce sont des renégats, ils n’aiment pas leurs parents, ils haïssent leurs propres familles, ils n’aiment pas leurs frères et sœurs de même race, ils ne défendent pas les intérêts du Fouta et des Foula, ce sont des esclaves des autres races guinéennes .. » et j’en passe (Horoya, 11 Sept.1976)
Mamadou Badiko Bah (UFD) : «Aujourd’hui, l’UFDG est un regroupement fondamentalement ethnique, et ethniciste, la politique qui est appliquée est ethniciste. Moi j’ai été l’objet d’attaques physiques en Guinée, parce que j’ai osé ne pas adhérer à UFDG en tant que peul, et il en est ainsi, on considère que l’UFDG est un parti des peuls, et que tout peul qui n’est pas là-dedans est un bâtard; ça a été dit par certains; et je dis que si l’UFDG en l’état arrive au pouvoir, elle ne peut faire que la politique de ses moyens, l’ethnicisme, renverser le pouvoir censé représenter la Haute Guinée, par un pouvoir qui serait censé représenter la moyenne Guinée. Un parti patronné par une coordination régionale, quelle autre démonstration faut-il pour montrer que c’est un regroupement ethnique… » fin.  Gbassikolo .Juillet 2014

Ce caractère ethniciste de l’UFDG, dont les fondateurs ancestraux ont été mainte fois dénoncé par  Saifoulaye Diallo : «Ils étaient les militants forcenés du BAG et de la DSG racistes au service de la réaction colonialiste, pourchassant et tracassant les « étrangers » entendez par-là les Soussous, les Malinkés, Kissiens… etc., qui eux étaient résolument engagés dans la lutte, au sein du Parti »,  ce caractère ethniciste, disais-je, permet aujourd’hui à Pattal Fi Bhattal de s’engouffrer dangereusement dans la brèche de la confusion créée par une pléthore de Partis Politiques alimentaires, des coquilles vides qui n’ont même pas de sièges.( exemple : UFC D’Aboubacar Sylla, porte parole de l’Opposition )
Pottal Fi Bhattal Fouta n’est ni une organisation politique, ni un mouvement pour la défense d’une Communauté ethnique «longtemps stigmatisée » (pour utiliser les mots des vieillards de Dijon et Rouen qui confondent souvent leurs bouteilles de wiski à l’encrier), mais plutôt une organisation mafieuse qui se sert de l’ethnie peul pour masquer ses entreprises diaboliques : Trafique de drogues, de faux billets,  de femmes,  partout en Afrique, non pas seulement en Guinée. Ce sont des proxénètes qui exploitent «les jeunes étudiantes» guinéennes au Ghana (faites un tour à Accra).
 Ils sont actifs en Gambie, au Sénégal, Niger, Nigeria, au cœur de tous les malheurs de la Guinées Bissau où ils ont infiltré l’armée, et sont à l’origine de la guerre civile en Centrafrique  pour financer la rébellion  en RDC. Ils profitent des difficultés relationnelles entre les groupes ethniques pour diviser les Nations et déstabiliser les Etats. Et Curieusement ils se servent toujours de la communauté Foulani ou nomade.  POTAL FI BHATTAL en Guinées, Boko Haram au Nigeria, Acqmis au Mali et en Mauritanie coopèrent  sous plusieurs formes, sous différents noms et poursuivent les mêmes objectifs : Créer le chaos pour favoriser  les trafics illégaux de toute sorte. Croire que Pottal Fi Bhattal est une organisation associative à caractère politique ou culturelle est une grave erreur et c’est encore plus grave qu’il manipule les groupes ethniques les uns contre les autres.
Pottal Fi Bhantal est une organisation multidimensionnelle terroriste, financée par l’argent de la drogue qui se barricade en Guinée derrière l’ethnie Peul, éternellement victime de ses propres tares et clivages sociaux, et aidé en cela par l’analphabétisme et l’obscurantisme entretenus par les anciens féodaux théocrates et les apprentis politiciens des temps modernes.
 A l’instar des autres groupes terroristes  Boko Haram constitue le model politico militaire idéal de Pottal Fi Bhattal pour des raisons historiques et géopolitiques propres à chaque organisation : Théocratie, féodalisme, ethnicité, activisme politique et économique, sédentarisation sur des « terres étrangères» (les peuls du Fouta sont plus nombreux en Basse Côte et au Sénégal qu’au Fouta et les peuls du Nigeria sont plus nombreux à Kano chez les Haoussa du Nord et sur le plateaux central de Jos qu’à Masarawa.) Au Sénégal, en Guinée, au Nigeria, en Centrafrique, au Cameroun, partout en Afrique où les anciens féodaux se croient les «détenteurs naturels» du Pouvoir Politique, Economique et Religieux que les autres communautés ethniques les empêcheraient d’exercer, Pottal Fi Bhantal est présent, sous d’autres noms et d’autres formes, pour attiser les tensions communautaristes : « Nous ne sommes pas aimés en Guinée. Le slogan des autres ethnies c’est tout sauf peul ; ils sont jaloux parce que nous avons le pouvoir économique. Les mêmes gens qui m’ont fait la guerre quand j’étais à la primature sont les mêmes regroupés dans l’Arc-en-ciel : Alpha Condé, Jean Marie Doré, Facinet Touré Papa Koly, etc sont tous contre le Fouta ». Cellou Dallein (le voyage de Cellou aux Etats Unis est organisé et financé par Pottal Fi Bhattal).
 C’est sur ces pleurnichements machiavéliques que le terrorisme se grève sur fond de mépris des autres groupes ethniques,  avec pour un seul et unique objectif s’enrichir par tous les moyens : la facilitation du  trafique de drogue, d’armes, de faux  billets, de prostitution, de la traite des femmes, trafiques d’enfants, l’esclavages des minorités ethniques, enrôlement forcé des mineurs dans la rébellion, ( Bambeto-Cosa n’est qu’un avertissement).
 Le seul frein à ces velléités ne peut être qu’un Etat Fort et Organiser.

Voilà pourquoi notre jeune Etat, au delà du Président de la République, est soumis à toute sorte de menace de déstabilisation depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, par les mêmes obscurantistes, comme le dénonçait Saifoulaye Diallo en 1976 : « la situation particulière du Fouta. » « Brandissant encore une fois de plus l’arme perfide, du racisme et du régionalisme et du mensonge monté contre la liberté et le bonheur du Peuple de Guinée».
Quand on analyse l’implication de certains hommes politiques dans la manipulation des enfants de Ratoma, la guérria urbaine déclenchée contre les forces de l’Ordre dans les rues de Bambeto-Cosa, les propos irresponsables de Bah Oury, les discours incendiaires quasi habituels de Cellou Dallein, les incantations d’une certaine opposition perdue dans ses calculs politiciens, la transition d’Hall Pular de la Culture vers la politique au quotidien avec une « approche ethniciste» des solutions aux problèmes nationaux, et le parcours de Boko Haram au Nigeria, nous ne devons pas prendre l’appel à la guerre de  Cellou Dallein à la légère. C’est une tentative permanente de déstabilisation de l’Etat guinéen.

 Pottal Fi Bhattal a beaucoup investi en Cellou Dallein et dans son mouvement Communautaire UFDG pour reculer maintenant,  et son interprétation du sigle UFDG est clair et ne laisse aucun doute:
« UNION des Foulani pour la Destruction de la Guinée »
 Ils   veulent dupliquer exactement  le parcours de Boko Haram en Guinée: « Au moins 13 villageois chrétiens, dont des femmes et des enfants, ont été tués mercredi par des éleveurs musulmans, ont indiqué des responsables locaux, dans un nouvel épisode des violences religieuses dans ce pays qui ont déjà fait des centaines de morts. Cette nouvelle tuerie s’est déroulée vers 01H30 (0H30 GMT) près de la localité de Riyom, dans l’Etat central du Plateau, et les assaillants, qui seraient issus de l’ethnie d’éleveurs Foulani, étaient déguisés en militaires lors de leur raid, selon ces mêmes sources » AFP (Mars 2010)
Soyons vigilants !
L’aube du 22 Novembre 1970 reste encore gravé dans nos mémoires ; 375 civils tués en moins de 24 heures  à Conakry par des assaillants recrutés parmi les guinéens  expatriés (Rapport des Nations Unies, Février 1971). De quels guinéens expatriés s’agit-il ?  Suivez mon regard…
•        « Nous disons. Situation particulière du Fouta oui, situation honteuse, pour tous ses dignes fils. D’abord la honte de constater qu’à chaque séquence du permanent complot anti-guinéen, ce sont toujours les pseudo-intellectuels Foula, à l’extérieur comme à l’intérieur, qui tiennent la vedette et qui, ironie du sort et comble de honte, se trouvaient être dans la plupart des cas parmi les Guinéen les plus choyés et qui jouissaient de l’estime et de la confiance particulière du Chef de l’Etat en personne.
Il faut être un monstre humain, une bête noire, pour trahir et vouloir attenter à la vie de celui qui vous a comblé de bien, de responsabilité et de confiance pour servir le Peuple. C’est la honte pour nous de constater que malgré tout ce que le PDG a fait pour libérer le Fouta et les Foula de la double exploitation coloniale et féodale, c’est encore, parmi eux que la réaction colonialiste et raciste recrute le plus grand nombre de mercenaires qu’ils arrivent par la Gambie, la Guinée Bissau, le Sénégal ou la Côte d’Ivoire et le Mali avec hélas en tête et, comme éléments de choc, ceux-là qui, au Fouta même doivent encore le plus au PDG, les anciens esclaves, (qui répondent aux noms évocateurs de
•       Samba-Diouma
•       Oury-Baïlo
•       Yéro-Bhoye
•       Dian-Oury
•       Yéro Tala, etc.) » Fin de citation : Saifoulaye Diallo, Président de l’Assemblée. (Mars 1976)
Faut-il le rappeler que, pour vivre et prospérer, toute entreprise terroriste doit impérativement détruire l’Etat qui gouverne le pays qui l’intéresse !  L’Objectif de l’UFDG et de Pottal Fi Bhattal  n’est pas de défendre le Fouta et moins encore le « PEUL» de façon spécifique, mais de semer le chaos en Guinée et d’affaiblir l’Etat au maximum afin de s’adonner au trafic de drogues
Boko Haram s’est servit des Foulani pour déstabiliser les Etats du Centre et du Nord du Nigeria avec des revendications politiques, notamment à Jos, où il se disait être exclu du pouvoir politique. Pour semer la confusion, leurs attaques contre la Communauté chrétienne, ont fait plus de 2000 morts entre les années 2009 et 2012, dans l’espoir de créer une guerre interreligieuse et intercommunautaire au nom de l’Islam et de l’Ethnie peul. Août 2014, les musulmans en général et les peuls en particuliers sont-ils en sécurité au Nigeria?  Ont-ils eu un gain politique? Par contre Boko Haram devient de plus en plus puissant et riche pour combattre à la fois le Cameroun et l’armée  fédérale du Nigeria.

Aujourd’hui j’accuse,
Demain……
« Le pape Bénédicte XVI avait auparavant dénoncé « l’atroce » bain de sang au Nigeria après le massacre dimanche à l’aube des villageois chrétiens. La police a annoncé que 49 personnes seraient inculpées dans cette tuerie. Selon la police, 109 personnes ont été égorgées lors de ces attaques lancées par des membres de l’ethnie musulmane Foulani contre trois villages de chrétiens berom près de Jos, la capitale de l’Etat de Plateau »    BBC, AFP, REUTER…(2010).
CELLOU Dallein sait de quoi il parle et à qui il s’adresse depuis Chicago.
« Il faut vous lever et combattre l’ennemi. »
Aux  mauvais  entendeurs  tant  pis !
Nous reviendrons.

Ben Daouda Toure.
aframglobal@aol.com

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top