Politique

Kalifa Gassama Diaby : « Nous sommes stigmatisé à cause d’Ebola et nous devons nous unir pour faire face à cette maladie »

C’est ce qu’a annoncer le ministre des droits de l’homme et des libertés publiques lors d’un point de presse qu’il a animé ce jeudi 4 septembre 2014 à son département. 

Kalifa Gassama Diaby note que la Guinée fait face à un défi majeur qui est la lutte contre l’épidémie de fièvre Ebla. « Il me semble que cette occasion permettra aux guinéens de montrer à la face du monde que les guinéens peuvent être unis lorsque l’intérêt supérieur de la nation est menacé.

Nous devons savoir qu’être malade n’est pas une honte et n’est pas synonyme de mépris ou de marginalisation. Nous sommes stigmatisé et nous devons nous unir pour faire face à cette maladie en créant un consensus nationale, une synergie nationale », propose-t-il. 

Gassama Diaby est convaincu que l’heure n’est à la définition des erreurs des uns et des autres, ni des débats politiques stériles, mais plutôt à l’unité et à la solidarité. « Nous demandons à la communauté internationale d’appuyer un peu plus la Guinée pour faire face à cette épreuve. La Guinée doit être suffisamment forte comme elle a l’habitude de le faire pour combattre avec toutes ses filles et tous ses fils afin d’éradiquer cette épidémie mortelle », suggère le patron du département des droits de l’homme. 

Il recommande ensuite aux guinéens de faire taire les malentendus, les rumeurs et être solidaire afin de repousser la maladie. « Lorsqu’on est malade, on ne cherche qu’un secours. Je demande aux guinéens de se conformer aux règles d’hygiène pour éradiquer cette épidémie. La communauté internationale doit venir au secours des citoyens en difficultés sociales, psychologiques et financières en ce moment où tous les guinéens sont marginalisés », ajoute-t-il. 

Kalifa Gassama Diaby enfin demander aux pays frères qui ont fermés ses frontières à la Guinée d’être plus solidaire. « Nous disons à nos pays frères que c’est en temps de souffrance qu’on reconnaît ses vrais amis », évoque-t-il comme pour dire que c’est en ce moment même que la Guinée a besoin d’aide des pays frères. 

Mamadou Oury Bah 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top