Politique

Affaire 21.700 tonnes métriques de sucre : La note d’information troublante de l’ancien ministre du commerce, Dorval Doumbouya

En poursuivant notre enquête au sujet de la polémique autour d’un contrat d’importation de sucre d’une quantité de 21.700 T, qui aurait été signé en 2011 entre l’Etat guinéen et la société Hamana, nous sommes tombés sur une note d’information signée de l’ancien ministre du commerce, Mohamed Dorval Doumbouya, une note pour le moins troublante.
L’ancien ministre Dorval commence par rappeler le contexte dans lequel serait intervenu ce fameux contrat et toutes les péripéties qui ont abouti à sa signature.

Il précise d’entrer que pour exécuter un programme initié à l’époque par le gouvernement, un programme d’appui à la sécurité alimentaire (approvisionnement des populations en riz, sucre et autres denrées alimentaires de première nécessité à des prix abordables), le gouvernement avait été approché par de nombreux opérateurs économiques, parmi lesquels Mohamed Kourouma, PDG de la société Hamana.
Le ministre Dorval enchaîne et écrit « concernant cet opérateur, j’ai consulté Monsieur le ministre du contrôle économique et financier, par lettre, pour requérir son avis, ceci en considération d’une décision du gouvernement interdisant l’attribution des marchés de l’Etat à tous les débiteurs figurant sur la liste établie par le rapport d’audit et dont il faisait partie ».
« En réponse, Monsieur le Ministre du Contrôle Economique et Financier m’a demandé de me référer à l’Agent judiciaire de l’Etat. En l’absence de toute réponse, j’ai décidé de sursoir à toute signature de contrat avec cet opérateur économique et sa société » ;
Stupeur : « A ma grande surprise, j’apprendrai que Monsieur Mohamed Kourouma Hamana aurait exhibé dans une émission à la télévision nationale un contrat conclu entre le ministère du commerce et sa société pour la fourniture de 21. 700 tonnes de sucre » !
« Face à mon refus catégorique d’autoriser l’exécution de ce contrat dont j’ignorais l’existence, Monsieur Mohamed Kourouma entreprendra plusieurs manœuvres en vue de me faire céder. Ainsi je ferai l’objet d’une campagne acharnée de diffamation et de discrédit dans plusieurs médias…où j’ai été qualifié de corrompu, d’incapable et autres épithètes infamantes »
Dans la foulée, le ministre Dorval révèle qu’à travers les médias, histoire d’imposer son sucre, M. Hamana fera « répandre l’information selon laquelle le sucre mis en vente par le gouvernement serait de mauvaise qualité et impropre à la consommation humaine ».
Finalement, c’est par le truchement d’une des personnalités qui auraient été mises à contribution par l’opérateur économique Hamana, pour faire capituler le ministre Dorval que ce dernier entrera en possession d’une copie du fameux contrat, signé à la date du 15 septembre 2011.
Aussitôt, le ministre constate « que la signature apposée sur ce contrat, en mon nom, était une imitation et que le cachet utilisé était celui qui avait été volé dans mon bureau »
Voilà qui lève un coin de voile sur ce contrat que l’ancien ministre Dorval, sans barguigner, qualifie de « faux ».
La suite de la part de vérité de Dorval Doumbouya, en séjour à l’étranger et d’autres révélations, dans un prochain article.
Aboubakri

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top