Politique

Steinmetz : « L’élection du président guinéen a été truquée »

La société, BSG Resources Ltd du milliardaire, Beny Steinmetz a affirmé que le « hedge funds Och-Ziff Capital Management Group » et des représentants du gouvernement d’Afrique du Sud sont parmi des dizaines qui savent que « le trucage d’une élection » a conduit à la perte du gisement de minerai qui appartenait au milliardaire israélien.
Le président guinéen Alpha Condé et toute une série de responsables anciens et actuels du gouvernement guinéen, ainsi que des agents secrets sud-africains et d’importants hommes d’affaires de premier plan en Guinée ont tous eu connaissance de la fraude électorale qui a conduit à Alpha Condé à prendre le pouvoir en 2010.

Ces informations sont incluses dans un dossier soumis le 3 septembre au tribunal fédéral de New York.
Ils ont aussi eu connaissance du «détournement illicite» ultérieur des droits miniers de BSG Resources, ou BSGR a affirmé la compagnie de Steinmetz.
C’est la première fois que les avocats de Steinmetz et BSGR rendent publics des éléments de leur défense face aux accusations de Rio Tinto qui a allégué que BSGR et Vale ont comploté en 2008 pour voler leurs droits sur l’exploitation de Simandou en corrompant des fonctionnaires guinéens. Des accusations que BSGR juge « sans fondement et bizarre ».
Le projet Simandou, où Steinmetz et Vale avaient prévu un investissement de 10 milliards de dollars a fait l’objet d’une âpre bataille. Cette bataille a attiré les plus grandes sociétés minières du monde et quelques-uns des plus importants investisseurs, les banquiers et les entrepreneurs de l’industrie

La plainte de Rio contre Vale, Steinmetz et autres n’est pas la première fois que des allégations de corruption concernent Simandou. En Janvier 2013, un grand jury de New York a commencé à enquêter sur les violations possibles de la « Foreign Corrupt Practices Act » et le blanchiment d’argent criminel en connexion avec Simandou, selon les procureurs américains.
Frédéric Cilins, un Français ayant des liens avec Steinmetz et BSGR, a été condamné à deux ans de prison pour obstruction à une enquête américaine concernant des allégations de paiement de pots de vin pour obtenir des droits de Simandou. Och-Ziff, le plus important « Hedge funds » coté en bourse à Wall Street, a activement investi dans les ressources en Afrique. Certains de ses investissements dans la région sont au centre d’une enquête du ministère de la Justice des États-Unis et de la « Securities and Exchange Commission. »

Un ancien partenaire d’Och-Ziff et l’actuel directeur du fonds sont parmi les noms des parties au courant de la fraude électorale présumée, selon les avocats de Steinmetz et BSGR. Ils ont nommé 83 personnes et sociétés connues « qui sont susceptibles d’avoir des informations que la défense peut utiliser pour appuyer ses revendications….. »
Les Dirigeants de sociétés minières dont le PDG de Rio Tinto, Sam Walsh et l’ancien PDG ,Tom Albanese, ont été mentionnés comme ayant «la connaissance de l’objet de la poursuite», tandis que l’ancien PDG de Vale, Roger Agnelli est mentionné comme ayant des informations concernant les négociations entre Vale et BSGR concernant l’accord de joint-venture de $ 2.5 milliards de dollars signé en 2010
Services Secrets sud-africains

Le président Condé savait que des « intérêts commerciaux sud-africains ont donné des fonds illicites » pour truquer les élections en échange d’une part dans Simandou, selon le dossier déposé devant le tribunal . Celia Gremy, un porte-parole de Condé a déclaré que le gouvernement n’était pas immédiatement disponible pour commenter.
Les services secrets sud-africains ont rencontré Condé, la commission électorale de Guinée et Waymark Infotech, une société de technologie de l’information en Afrique du Sud, qui a aidé à organiser les élections selon le dossier déposé au tribunal . Parmi les hautes personnalités sud-africaines que les avocats de Steinmetz identifient comme ayant connaissance des plans présumés pour truquer les élections et de déposséder BSGR de ses droits sur Simandou sont :
Le vice-président sud-africain à l’époque, Kgalema Motlanthe, l’ancien ministre du logement , Tokyo Sexwale et l’ex-chef de l’Agence nationale de renseignement, Moe Shaik. Mvelaphanda Holdings Ltd de Tokyo Sexwale a une joint-venture avec Och-Ziff pour investir dans les ressources en Afrique .
« Ni Mvelaphanda ni Sexwale, ni aucun de ses administrateurs, ni aucun de ses actionnaires, directement ou indirectement, par l’intermédiaire de prête-nom, ont, en aucune façon, été impliqué dans la politique et / ou les élections en Guinée, » a déclaré, Raël Gootkin, l’avocat dans une réponse aux questions envoyées par courriel.
« Il semble qu’une tentative est faite pour « entrainer » nos clients dans un conflit dont nos clients ne participent pas et c’est une apparente « expédition de pêche » engagée par BSGR. »

Source : Bloomberg

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Politique

Steinmetz : « L’élection du président guinéen a été truquée »

La société, BSG Resources Ltd du milliardaire, Beny Steinmetz a affirmé que le « hedge funds Och-Ziff Capital Management Group » et des représentants du gouvernement d’Afrique du Sud sont parmi des dizaines qui savent que « le trucage d’une élection » a conduit à la perte du gisement de minerai qui appartenait au milliardaire israélien.
Le président guinéen Alpha Condé et toute une série de responsables anciens et actuels du gouvernement guinéen, ainsi que des agents secrets sud-africains et d’importants hommes d’affaires de premier plan en Guinée ont tous eu connaissance de la fraude électorale qui a conduit à Alpha Condé à prendre le pouvoir en 2010.

(suite…)

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top