Politique

« Si le problème de la jeunesse n’est pas réglé, il sera une bombe à retardement », assure Gassama Diaby.

Le ministre des droits de l’homme et des libertés publiques semble préoccupé par ce qu’il appelle « la dépression » qui tend à être généralisée de la jeunesse Guinéenne. 

Pour Kalifa Gassama Diaby, une majeure partie de la jeunesse guinéenne, par manque d’espoirs, de dynamisme, se livre à la consommation de la drogue et de l’alcool. Or,  il  estime que l’enjeu de la jeunesse du pays est capital aujourd’hui.

« Au lieu de s’occuper des débats stériles surtout en ce moment où la Guinée a besoin de tous ses fils et de toutes ses filles pour aller de l’avant, la jeunesse doit être unie et indivisible pour combattre Ebola et faire avancer la Guinée», souligne-t-il.   

Selon lui, pendant que la majorité de la population est dans le désespoir, la santé mentale des jeunes est une question qui doit être prise au sérieux. « La question de santé mentale des jeunes doit être abordée maintenant. On ne doit plus attendre, car cette couche représente plus de 60% de la population guinéenne. Il faut que l’Etat vienne en aide à cette jeunesse qui cherche une porte de sortie », précise le ministre Diaby.   

Il précise que, si toutefois, ce problème de la jeunesse n’est pas réglé, ce sera « une bombe à retardement ». Pour M. Diaby, il est indéniable  l’unité de la jeunesse et de son dynamisme constituent des facteurs importants pour le développement de la Guinée.  

« Nous devons sortir des logiques communautaires et communautaristes, des logiques régionalistes et ethnocentristes, parce que les pays qui en ont essayé ne se sont pas sortis vainqueurs. Nous devons nous unir pour montrer à la face du monde que la Guinée peut être une famille », conseille-t-il. 

Mamadou Oury Bah 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top