Politique

Un gendarme tué par Ebola, le Camp de Kalia hermétiquement bouclé

L’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola fait sa première victime dans les rangs des forces de sécurité guinéennes. Adjudant Réné Koulemou, l’un des meilleurs instructeurs de sa génération et qui formait de jeunes gendarmes au Camp de Kalia (Forécariah) est décédé dimanche, d’Ebola, apprend-on de sources proches du Haut commandement de la gendarmerie nationale.
On n’ignore pour l’instant comment il a été contaminé, mais là-dessus, une traçabilité des derniers déplacements de la victime de la famille au Camp de Kalia, au Camp Samory et au-delà, ainsi que tous les contacts qu’il a eus avant d’être transporté vendredi dans un hôpital de Conakry, s’impose. Pour éviter d’autres contaminations.

Ce que l’on sait deux jours après le décès constaté de l’adjudant Réné, c’est le fait que d’un côté le camp de Kalia soit hermétiquement bouclé depuis ce lundi, personne n’y entre, personne n’en sort. De l’autre côté, tous les élèves stagiaires qui recevaient une formation de Réné Koulemou, ainsi que ses amis qui l’ont transporté dans un hôpital de Conakry, sont confinés à l’intérieur du camp de Kalia et du Camp Samory.
Au Haut commandement de la gendarmerie, on ne veut pas prendre aucun risque. Pour l’instant, il n’a été permis à aucun gendarmerie de visiter le corps du défunt, aucune exposition ne serait envisagée, c’est un peu la psychose au sein des troupes du Général Ibrahima Baldé.
A suivre !
Aboubakri

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Politique

Un gendarme tué par Ebola, le Camp de Kalia hermétiquement bouclé

L’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola fait sa première victime dans les rangs des forces de sécurité guinéennes. Adjudant Réné Koulemou, l’un des meilleurs instructeurs de sa génération et qui formait de jeunes gendarmes au Camp de Kalia (Forécariah) est décédé dimanche, d’Ebola, apprend-on de sources proches du Haut commandement de la gendarmerie nationale.
On n’ignore pour l’instant comment il a été contaminé, mais là-dessus, une traçabilité des derniers déplacements de la victime de la famille au Camp de Kalia, au Camp Samory et au-delà, ainsi que tous les contacts qu’il a eus avant d’être transporté vendredi dans un hôpital de Conakry, s’impose. Pour éviter d’autres contaminations.

(suite…)

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top