Politique

Cellou Dalein Diallo en conférence de presse à Paris « Alpha Condé ou quarante ans d’agitation politique »

Mardi 09 Sptembre au matin. Cercle de l’Union Interalliée. 33 rue du Faubourg Saint Honoré. A deux pas de l’Elyzée. Le chef de l’opposition guinéenne est en conférence de presse (modérée par Jim Bittermann, de CNN et European American Press Club) sur le thème: Situation sanitaire (virus Ebola), économique et politique en Guinée.
Il est entouré de Bah Oury (Vice-Président chargé des Relations Extérieures et de la Communication), Bano Sow (Vice-Président par intérim chargé  Affaires Politiques), Kalémodou Yansané, Elhadj Abdoulaye Baillo Diallo et Ousmane Gaoual Diallo (députés),

devant un parterre de journalistes de L’Express, BFM, RMC, AFP, Agence Africaine d’Information, le journal La Croix, Reuters et des personnalités des Ambassades du Japon et d’Angleterre. Cellou Dalein Diallo évoque la difficile situation sanitaire que traverse la Guinée. Dans son speech introductif, le Président de l’UFDG a tenu à situer d’abord le contexte de la situation politique depuis la présidentielle de 2010, le non-respect des accords du 03 juillet pourtant obtenus après 57 morts, à la suite des répressions répétitives que toute l’opinion nationale et internationale connaît parfaitement bien. Cellou Dalein attire l’attention des médias sur l’accentuation de la misère, la pauvreté, le ralentissement des investissements miniers dont les dividendes tant attendues et espérées ne sont finalement jamais venues. C’est dans ce contexte de crise de confiance et de défiance qu’Ebola s’est invité, dira-t-il. Le chef de file de l’opposition guinéenne tance la faiblesse de la part du budget national consacrée au secteur de santé (2,4% contre 15% recommandé par l’OMS), le manque de rigueur dans la gestion de l’épidémie, notamment le retard dans l’annonce de la maladie, les déclarations triomphalistes du Président, la non implication des leaders d’opinion (en particulier les hommes politiques).
Cellou Dalein et ses collaborateurs avant la conf de presse1″L’UFDG quant à elle ne s’est pour autant pas détournée de ses responsabilités, même si Alpha Condé et son RPG ont toujours pensé que parler de cette maladie était un acte de sabotage. Elle s’est engagée dès le départ dans une campagne de sensibilisation pilotée par ses députés. C’est l’exemple de Télimélé et Pita. C’est aussi l’exemple de nos parlementaires qui utilisent leurs vacances dans leurs préfectures d’origine pour rappeler les citoyens les règles à observer afin d’éviter la propagation de la maladie ».
Cellou Dalein au milieu de Bah Oury et Kalémodou YansanéEn stigmatisant la gestion catastrophique de l’épidémie, le manque de crédibilité du gouvernement et de sa RTG, Cellou Dalein Diallo n’a néanmoins pas manqué de saluer l’engagement des agents de santé, la mobilisation de la communauté internationale, non sans exiger de celle-ci qu’elle veille à la bonne utilisation des ressources expédiée en Guinée dans le cadre de l’appui à la riposte contre Ebola. Par ailleurs, si le patron de l’UFDG estime que la crise d’Ebola pourrait servir d’alibi pour retarder l’organisation des futures élections, il a insisté sur les risques de troubles et d’instabilité qui pèsent sur le pays en s’entêtant à vouloir organiser une mascarade électorale.
Enfin, les questions ont permis à Cellou Dalein de donner sa lecture de la gestion de nos mines, l’hyper politisation de tous les débats, les promesses non tenues d’Alpha Condé, l’ethnocentrisme avec son exacerbation par le Président de la République « qui revendique quarante ans de lutte politique qui, pour moi sont plutôt quarante ans d’agitation politique ».
Pour terminer, il faut noter que suite à la conférence de presse, Cellou Dalein Diallo été invité à prendre part au forum des Entretiens du Royaumont prévu à Madrid à la fin du mois de septembre.
Pour être complet sur cette journée parisienne de l’UFDG, au moment où nous mettons en ligne ce compte rendu, soulignons que le Président vient de terminer une séance de travail avec les cadres du Conseil Politique: Bah Oury, Bano Sow, Kalémodou Yansané, Elhadj Abdoulaye Baillo Diallo et Ousmane Gaoual Diallo.
LA CELLULE DE COMMUNICATION

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top