Politique

Cap Guinée à Casa : Les présidents des patronats de Guinée et du Maroc n’y ont pas participé

Au Royaume Chérifien, on ne mégote pas avec les dispositions protocolaires. Les guinéens, du moins les organisateurs du forum économique Cap Guinée le 09 Septembre à Casa, l’ont appris à leurs dépens.
Alors que selon un programme officiel, adressé à tous les officiels, y compris le souverain Chérifien lui-même, sa Majesté, le Roi Mohamed VI, il était prévu les allocutions de Mme Miriem Bensalah Chaqroun, présidente de la CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc)

et de M. Ismaël Keita, Président de l’Alliance Patronale de Guinée, entre 09h30-10h00, à l’ouverture des travaux, par des manœuvres basses, ce programme va être mis de côté, ignoré par les organisateurs, au profit d’un autre dans lequel c’est plutôt un certain Morlaye Diallo, qui est prévu pour intervenir, au nom non pas des structures patronales de Guinée, mais présenté comme président de la chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat de Guinée.
Foutaise ! D’abord, M. Morlaye Diallo, n’est même pas président de la CCIAG, mais plutôt l’éternel président d’un comité ad hoc mis en place depuis plus de dix ans, pour évacuer les affaires courantes à la chambre de commerce. Une élection a été lancée depuis mars pour renouveler les instances de cette chambre, mais le processus qui a du mal à aboutir.
Ensuite, M. Morlaye Diallo, à ce titre, ne peut agir ou parler au nom des structures patronales de Guinée, quoi qu’on dise, qu’elles que soient leurs dissensions, sont tout de même réunies au sein d’une même plate-forme qui s’appelle, L’Alliance Patronale de Guinée, présidée par M. Ismaël Keita.
Parce qu’au Maroc, à un forum comme celui d’il y a deux jours à Casa, chaque officiel invité intervient parallèlement à son homologue, à son équivalent d’en face, Mme Miriem, la patronne des patrons du Maroc, a décidé de ne pas y aller, pour la simple raison que son correspondant guinéen, n’y était pas.
Selon nos informations, c’est au départ de Conakry, que l’organisatrice elle-même aurait fait accroire au chef de l’Etat que les organisations patronales ne s’entendent pas et donc ne parlent pas d’une seule voix. En oubliant que c’est avec le président de l’APG que la présidente de la CGEM a signé lors de la visite du roi du Maroc à Conakry, certaines conventions entre les patronats des deux pays.
Au bout du bout, Cap Guinée, n’a été que l’ombre de lui-même, une moisson assez maigrichonne.
Aboubakri

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top