Politique

Labé : Quand Alpha Issagha Diallo s’adresse à Ibrahima Sampirin Diallo, en le criblant d’épithètes ragoûtantes (Lettre ouverte)

Mon Cher « ami » PIC-SOU,
Décidément, l’envie de piquer des sous n’importe comment avec n’importe qui en faisant n’importe quoi risque fort bien de t’embourber si on n’y prend garde.
Il y a quelques années, plusieurs citoyens de Labé mettaient la main dans le gousset pour te permettre de créer un organe de presse dont je me réserve le droit de publier prochainement les preuves irréfutables d’une filouterie à grande échelle et d’intenter une poursuite judiciaire, en ma qualité de victime.
Après quelques parutions irrégulières, on assiste à un échec patent qui conduit inéluctablement à la disparition pure et simple de cet organe du paysage médiatique guinéen.

Ce, par le fait du dilettantisme venimeux et paroxysmique dont tu as fait preuve en tant qu’animateur-truand.
Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, les mêmes poules pondant toujours les mêmes œufs, tu es copté, à tout hasard par les radios privées qui cherchaient à s’installer à Labé. Tes intentions toujours pernicieuses et tes agissements à la tendance permanemment nuisibles te conduisent à te voir arracher les micros de toutes les radios de la place, l’une après l’autre. Par peur certainement que la réputation de ces dernières ne soit souillée par un propagandiste caméléon politique incapable de s’assumer. La plus lionne des radios va éviter de justesse de se transformer en la plus fourmi des radios avec toi…
Toutes les formations politiques au nom desquelles tu agissais en te blottissant derrière ta pelisse de pseudo journaliste t’ont décramponné en découvrant qu’elles ont à faire à un groom de pourboire et de personnalité qui se cherche partout et par tous les moyens.
Convaincu que tu es de la posture de l’UFDG comme incontournable pour l’alternance en 2015, et que cela dérange et empêche certains de dormir, tu as donc décidé de marchander ton appétence en t’attaquant au grand baobab. Aussi, pour sortir ta tête de l’eau et te donner un minimum d’existence, petit agitateur, estimes-tu que c’est seulement en t’acharnant contre l’UFDG que tu peux te faire remarquer après la giboulée que tu as enduré au niveau des radios privés de la région ???
Ton intension de nuire ne fait qu’arcbouter l’anémie et le revers de tes mentors, ceux qui s’acharnent contre la grande et inébranlable formation politique. Finalement, le seul effet de tes démarches inavouées, conditionnées par les apprentis sorciers pour lesquels tu besognes, est comparable à ce que le moustique disait au baobab : Tiens toi bien je vais m’envoler.
Aujourd’hui, te lénifiant par l’exercice malhabile du métier « en tant que journaleux » dans certains sites internet parce que tout simplement la presse en ligne est un fourre-tout qui échappe au contrôle et à la régulation, tu tentes, inespérément, de créer la confusion au sein de la fédération UFDG de Labé.
Les récents mensonges bruts sur le Directeur de campagne, épongés avec sagesse par ce dernier en font foi. As-tu oublié qui il est pour toi ? L’appât et l’appétit du gain peuvent-ils te conduire jusqu’à de telles extrémités ? Penses-tu avoir suffisamment appris au près de lui au point de t’imaginer être capable de le pousser vers « la porte de sortie de l’UFDG » ?
Tes fables sur un prétendu tumulte au sein de la jeunesse de Labé n’ont été qu’une supercherie pour amuser la galerie. Es-tu donc prêt à mettre le feu dans la ville qui t’a vue naître et bouffir ? Tout cela pour moissonner simplement quelques tessons !!!
L’avenir édifiera plus d’un car, l’instinct de survie obligera les responsables des sites dans lesquels tu publies tes insanités à se débarrasser de toi, wait and see. En tout cas, le coup de fil d’un d’entre eux au directeur de campagne de la fédération UFDG de Labé pour demander pardon en dit long.
Ce coup de fil dont le dinosaure politique a su, avec célérité, garder la copie sonore et qui sonne le crépitement d’un MEA CULPA dans mes oreilles dressées, m’oblige à respecter ses trois décennies d’expérience…
Mon cher « ami »
Si jusque là tu te croyais plus malin qu’Arsène lupin et plus intelligent que Hugo et Sartre réunis, détrompes-toi, tu ne vaux pas plus que Tonio de la Lune, ce débile mental du feuilleton « Femme de Sable »…
Alpha Issagha Diallo

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top