Politique

Affaire Hamana-Etat guinéen : « je n’ai participé à aucune réunion de cette commission… », affirme le ministre Thierno Alpha Ousmane Diallo de l’élevage

L’actuel ministre de l’élevage, Thierno Alpha Ousmane Diallo dit ignorer tout de cette affaire Hamana-Etat guinéen. Il a été joint par notre rédaction.
Tout en reconnaissant le fait qu’il lui a été dit qu’il continuerait à siéger au sein la fameuse commission interministérielle mise en place par le premier ministre Mohamed Saïd Fofana, autour de cette question, parce que son prédécesseur en faisait partie, il affirme n’avoir participé à aucune réunion de cette commission.

« Oui, on devait se réunir une fois, mais on n’avait pas pu, je ne sais rien de ce dossier d’autant plus qu’il s’agit de sucre, s’il s’agissait au moins de sel, ça allait m’intéresser, mais c’est loin de moi… », a-t-il ironisé.
A partir de là, les pistes s’orientent plutôt vers son prédécesseur, M. Saran Mady Touré, nouvellement fait ambassadeur de la Guinée au Canada. C’est bien donc lui et sept autres ministres dont l’actuel ministre de l’économie et des finances, à l’époque ministre du budget, Mohamed Diaré, qui ont examiné ce dossier. Leurs versions des faits sur le travail de ladite commission, et surtout sur ses conclusions, s’avèrent cruciales.
Parce que ce qui continue d’intriguer, c’est ce fameux rapport datant du 03 septembre dernier, un rapport signé de l’actuel ministre du plan, Sékou Traoré, en sa qualité de président de cette commission interministérielle. C’est un rapport-synthèse des travaux de celle-ci, adressé au premier ministre et dans lequel, les huit ministres recommandent à l’Etat, de prendre un acte de reconnaissance de dette en faveur de Hamana, indexé sur un échéancier de remboursement.
A l’inspection générale d’Etat, on doute de l’authenticité de ce document, arguant que s’il s’agit d’un rapport en tant que tel, pourquoi il n’a pas été signé par tous les huit ministres, membres de la commission ?
Comme on peut le constater, c’est toujours la bouteille à l’encre dans ce bras de fer entre l’inspection générale d’Etat, défendant les intérêts de l’Etat et l’opérateur économique Hamana. La bataille en vaut la chandelle puisqu’il s’agit tout de même d’une histoire de gros sous, portant sur plus de 185 milliards de francs guinéens.
Affaire à suivre !
Aboubakri

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top