A LA UNE

Guéckédou : Le spectre d’un affrontement entre jeunes contestataires et forces de l’ordre

De sources basées à Guéckédou, la tension reste encore palpable après l’éclatement d’un conflit domanial entre jeunes de la commune urbaine et des occupants d’un domaine que revendiquent les responsables de l’antenne locale d’EDG (Electricité de Guinée).

La semaine dernière, suite à une manifestation qui a failli de peu tourner en affrontement entre jeunes et agents des forces de l’ordre, selon nos informations, des sages avaient promis de mener des démarches pour voir plus clair dans cette affaire afin d’apaiser définitivement les tensions.

Mais, déplore un jeune leader qui s’est confié à la rédaction de Mosaiqueguinee.com,  depuis cet engagement qui a eu le mérite de calmer les ardeurs, rien n’a été fait, concrètement pour satisfaire les jeunes en colère. « Je ne sais pas quand ça va éclater à nouveau, mais nous sommes en train de nous concerter entre jeunes, parce qu’il n’est pas acceptable que tout Guéckédou souffre à cause de quelques familles. En tout cas, tout ce qui va se passer sera de la responsabilité du Préfet et du commandant de la Gendarmerie« , a-t-il mentionné.

Le domaine litigieux serait choisi pour abriter des installations de la guinéenne d’électricité afin de fournir du courant électrique à la population. Mais le hic est toujours que l’endroit  est occupé par des familles qui jurent avoir légalement acquis leurs parcelles respectives. C’est un véritable risque d’affrontement entre jeunes décidés  à « chasser ces occupants », et les forces de l’ordre qui sécurisent les lieux et protègent les familles concernées.

Le préfet aurait dejà tranché en faveur de ces occupants,  mais son jugement aurait été qualifié de partisan.

Le maintien d’agents des forces de l’ordre sur le site, est perçu comme un soutien du préfet et du commandant de la gendarmerie à « une minorité qui n’a pas raison ».

Dans cette affaire, on accuse même des autorités de se laisser influencer par la fortune d’une famille riche faisant partie des foyers concernés. Mais aucune preuve matérielle  de cette accusation n’est fournie. La colère va grandissante, le risque d’un affrontement se fait de plus en plus sentir.

Thierno Amadou M’Bonet Camara

 

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top