Actualités

AG UFDG : Ousmane Gaoual Diallo demande à ce que Bantama Sow et Hady Barry, soient rappelés à l’ordre

A l’occasion de l’assemblée hebdomadaire de l’UFDG de ce samedi 28 janvier 2017, le député Ousmane Gaoual Diallo, a saisi cette opportunité pour dénoncer le comportement  de certains membres du parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel, à propos de la constitution.

« L’article 4 de notre constitution dit que quiconque, par des actes de propagande, contribue à la dislocation de notre pays ou empêche l’unité nationale ou entrave le bon fonctionnement démocratique des institutions, est un délinquant. L’article 26 de la même constitution rappelle que quiconque occupe des fonctions publiques, est astreint à la neutralité », prône le député uninominal de Gaoual  à l’encontre de M. Hady Barry, qui selon lui, continue au mépris de la loi d’ignorer cette neutralité qui lui est imposée par la constitution.

Ce rappel va également à l’endroit de M. Sidy Ndiaye : « qui doit  se rappeler qu’il y a au sein de l’Etat des délinquants, des gens qui méprisent la loi, notre constitution. Il faut les rappeler à l’ordre, c’est très important pour l’ordre social dans notre pays », lance-t-il.

« L’article 4, je le disais à l’endroit de M. Bantama Sow, qui s’en est pris aux populations de Mamou, sous prétexte qu’elles n’ont pas été reconnaissantes envers le chef de l’Etat, qui a puisé sur le budget de la nation pour réaliser ce qui devrait être fait des infrastructures publiques à Mamou. Pour l’histoire, la Haute Guinée a été la région qui s’est le plus rebellée contre la gouvernance de Lansana Conté, mais cela n’a pas empêché son ministre des transports puis son premier ministre d’alors Cellou Dalein Diallo, de réaliser les infrastructures de Kouroussa, Kankan et Kouremalé ; cela n’avait pas été conditionné en son temps à leur allégeance à Lansana Conté. Mais les cadres de l’époque ont juste constaté que ces territoires font partie la Guinée et que la réalisation de ces infrastructures était nécessaire, ils ont agi donc en toute responsabilité », souligne Ousmane Gaoual Diallo devant ses militants.

Durant cette même Assemblée hebdomadaire, il a attiré l’attention de M. Sidya Touré, en lui disant qu’il n’y a pas d’autochtone, ni d’endogène dans une démocratie.

Selon lui, c’est une folie d’avoir entendu ça de la part d’un ancien premier Ministre, qui il y a quelques mois encore, voulait diriger les destinées de ce pays.
Alhassane Djigué

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top