Actualités

Mandiana : Coup de projecteur sur les secteurs du tourisme et de l’artisanat

Zone aurifère et agropastorale par excellence, la préfecture de Mandiana regorge aussi de nombreux atouts d’ordre touristique et artisanal. A Niani, ancienne capitale de l’empire mandingue, il existe encore « Niani-séba » ou le karité mystique planté par Soundiata Keita, “Gnagba-kolônni’’ ou le puits sacré des femmes sorcières, la montagne aux Sentinelles, les restes du palais royal ou encore la tombe de Soundiata Keita et certaines de ses affaires personnelles.

Tandis que dans le village de Niako, il y’a les forteresses d’Almamy Samory Touré, la case et le puits de Saranké Camara, sa compagne.

Rappelons que de 1886 à 1887, Niako a servi de base arrière aux troupes d’Almamy Samory Touré contre le royaume de Sikasso, en République du Mali.  Le village de Dounoukolo abrite la mare aux caïmans. Non loin de là, à Sadamoudoula, il existe le très sanglant abattoir humain de l’empereur de  Wassoulou contre ses détracteurs. Tandis que dans le village de Kama, le visiteur est stupéfait par des êtres humains et ustensiles de cuisine transformés, dit-on, en rochers, tout une page de l’histoire.

Aujourd’hui, le constat sur ces sites  touristiques est alarmant. Ils sont mal entretenus et victimes de profanation à outrance. 

Adama  Daouda Keita, le directeur préfectoral de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat, se dit choqué par ces tristes réalités et sollicite plus d’accompagnement pour la relance effective du secteur à l’agonie dans cette partie de la Guinée. «Depuis notre Arrivée aux commandes, nous nous sommes attelés à l’identification de ces sites touristiques qui étaient, en grande partie, sur le point de disparaître parce qu’exposés aux feux de brousse et autres intempéries de la nature. Puis nous avons sensibilisé les différentes communautés sur le rôle de premier plan qu’elles ont à jouer dans le cadre de la réhabilitation de ces patrimoines historiques.

Suite à toutes ces démarches et comme vous pouvez le constater, certains travaux d’entretien  ont été faits par les paysans eux- mêmes. Dans le domaine de l’artisanat nous avons procédé à la mise en place d’un bureau préfectoral des artisans et au renforcement de capacités de ses membres. Et en ce qui concerne les gros ouvrages, nous attendons l’accompagnement de l’État, des personnes de bonne volonté et d’autres partenaires au développement. A Niani par exemple, nous  envisageons la construction de dix cases rondes, d’un musée et d’un restaurant. Tout cela dans une clôture pour les touristes», a-t-il déclaré tout en estimant que les secteurs du tourisme et de l’artisanat peuvent être un véritable levier de développement de la Guinée. 

De retour de Mandiana, Mamadi CISSE, pour  Mosaiqueguinee .com

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top