A LA UNE

CENI : La Guinée à la recherche d’un type d’organisme de gestion électorale adapté

 Le ministère de l’administration du Territoire et de la Décentralisation, en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a lancé ce mercredi les travaux d’un  atelier « d’imprégnation et de croisement d’expériences en matière d’organes de gestion des élections ». Cette rencontre de Conakry, réunit acteurs politiques, société civile, députés, partenaires internationaux dont OIF et autres experts venus de pays africains. Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, Bouréma Condé, a mis l’accent sur l’objectif de cet atelier qui durera trois jours.

«Tirant donc les leçons des contingences électorales passées, le gouvernement, dans sa mission de paix et prenant acte de la volonté des acteurs politiques et sociaux, a jugé nécessaire de faire appel à des experts de haut niveau pour nous mettre à l’école des avantages et inconvénients des différents systèmes électoraux pratiqués dans les mêmes contextes socio-politiques que notre pays. Ces systèmes comparés au nôtre, offrent la possibilité d’une parfaite analyse des questions électorales afin de renforcer nos capacités de gestion du processus», a déclaré le chef du département de l’Administration du Territoire.

«C’est autant dire que cette rencontre doit nous amener à échanger sur la gestion électorale de nos pays respectifs, d’en tirer les meilleurs expériences et leçons afin de les accommoder à la jurisprudence électorale…», a ajouté le ministre Condé.

Pour sa part, l’envoyé spécial de la Secrétaire générale de la Francophonie a réitéré l’engagement de la Francophonie, à  accompagner la Guinée dans la professionnalisation de son processus électoral.  Il faut noter qu’au cours de cet atelier, les expériences des CENI du Burkina Faso, du Ghana, du Cameroun et du Sénégal seront étudiés afin de tirer des enseignements.

L’opposition républicaine, qui craignait un piège contre elle au cours de cette rencontre et qui avait d’ailleurs menacé de se retirer, a demandé le retrait du point concernant la rédaction d’un document directeur inscrit pour le panel 3 de l’agenda du jour.

Ce point parle d’adaptabilité du système mixte de la CENI. Il a fallu la médiation du Tibou Camara, conseiller personnel du Chef de l’Etat pour ramener l’ordre dans la salle. Celui-ci a alors suggéré la rédaction d’une synthèse à la fin de l’atelier en lieu et place du document directeur. Chose qui a été finalement acceptée par l’ensemble des participants.

 Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top