A LA UNE

Relance de la SOTELGUI : «l’espoir est permis» dixit le DG Oumar Said Koulibaly

Oumar Said Koulibaly

Alors que beaucoup doutent encore, le Directeur Général de la Société de Télécommunication de Guinée (SOTELGUI), multiplie les rencontres et prend des initiatives pour faire de la relance de cette entreprise, une réalité.

Au sortir d’une rencontre qu’il a eue mardi avec une délégation de  la société HUAWEI, chargée des travaux d’extension et de modernisation de la seule société étatique de téléphonie mobile, Oumar Said Koulibaly a partagé avec deux journalistes de Mosaiqueguinee.Com et de l’Indépendant, le contenu de cette réunion de travail.

Onze mois après sa nomination à ce poste, l’ancien patron de l’ARPT affirme que l’espoir est encore permis de voir les numéros SOTELGUI remis en marche.

Lisez !

Mosaiqueguinee.com & Indépendant : Vous avez reçu des partenaires Chinois ce matin, dites-nous d’abord autour de quoi tournait cette rencontre.

Oumar Said Koulibaly : La réunion était essentiellement axée sur les travaux de réparation des anomalies constatées lors de l’audit du réseau de la SOTELGUI, des travaux réalisés par l’entreprise HUAWEI, mais aussi sur la situation qui prévaut actuellement, qui concerne le gardiennage de nos sites. On a essayé de débattre avec l’entreprise chargée du gardiennage et les responsables de HUAWEI pour essayer de sortir de cette situation difficile qui perdure.

Mosaiqueguinee & Indépendant : Concernant le gardiennage des sites, quel est le problème et quelle est la solution trouvée ?

Oumar Said Koulibaly : Depuis notre nomination, les gardiens sont sur les sites et ne sont pas payés. HUAWEI assurait les frais de gardiennage et depuis un certain temps, ils ont arrêté de payer les gardiens parce qu’ils disaient qu’ils n’avaient pas de visibilité sur le projet, ça c’était bien avant mon arrivée içi. A mon arrivée, j’ai commencé à m’entretenir avec eux en leur réitérant l’engagement du gouvernement à finaliser le projet d’extension et de modernisation. C’est une feuille de route qui m’a été donnée par le ministre en charge des Télécoms. C’est aussi une priorité pour le gouvernement guinéen. Au fil des réunions que j’ai eue avec HUAWEI, ils se sont engagés à s’acquitter essentiellement de ces frais de gardiennage, mais il y avait une certaine situation administrative qui les effrayait un tout petit peu. Avec les discussions, on a essayé de débloquer cette situation et de les rassurer que le projet allait être mené à terme.

Ils ont même vu dans les médias, l’intervention du ministre qui disait que d’içi la fin de l’année la Sotelgui allait être relancée. Cela les a rassurés quand même. Il était question maintenant  de s’entenbdre sur le nombre de mois à payer dans l’immédiat et on s’est entendu qu’ils payent au moins les deux mois et que les discussions continuent pour que nous puissions payer les arriérés et éviter qu’il y ait des vandalismes sur les sites et soulager ces pères de famille.

Mosaiqueguinee & Indépendant : Et l’autre aspect de la rencontre ?

Oumar Said Koulibaly : Il y a un audit qui a décelé quelques anomalies sur le réseau et aujourd’hui nous avons eu un entretien qui vient s’ajouter à plusieurs autres autour du même sujet pour s’accorder sur les détails des corrections à apporter. Aujourd’hui il était question de savoir quand est-ce qu’on va commencer les travaux.

J’ai demandé qu’ils préparent leur équipe parce qu’il ne faut pas qu’on attende jusqu’à la fin des grandes pluies qui risquent encore d’endommager de plus soit des pylônes ou certains équipements parce qu’à date nous avons sur certains sites des mises à la terre qui ne sont pas  encore faites.

Mosaiqueguinee & Indépendant : Peut on s’attendre à la relance de la Sotelgui, comme l’a promis le ministre ?

Oumar Said Koulibaly : Je suis en parfaite synergie d’action avec le ministre. Nous communiquons périodiquement et il est très au courant de tout ce qui se passe içi, il reçoit des e-mails et des rapports d’activités de ma part et il donne des instructions.

Mosaiqueguinee & Indépendant : L’espoir est donc permis !

Oumar Said Koulibaly : Absolument ! Par défaut de communication, les gens peuvent faire leur opinion mais pour moi il n’était pas opportun maintenant de faire une communication sur les actions que nous sommes en train de mener parce qu’elles sont beaucoup plus techniques. Vue aussi la spécificité de l’entreprise et l’environnement concurrentiel dans laquelle elle évolue, il est extrêmement important de ne pas toujours dévoiler ses stratégies de relance. C’est pourquoi certaines informations sont extrêmement confidentielles, communiquées uniquement et spécifiquement au ministre pour qu’il soit au courant mais qui ne sont pas pour l’instant destinées au grand public.

Mosaiqueguinee & Indépendant : Parlez-nous du coût financier de ce projet de relance !

Oumar Said Koulibaly : L’Etat guinéen a consenti un prêt de 50 millions de dollars pour l’extension et la modernisation de la SOTELGUI, un accord a été signé avec l’entreprise HUAWEI pour réaliser ces travaux d’extension et de modernisation.

Au jour d’aujourd’hui, il y a un montant de 37 millions 200 mille qui est déjà investi en équipements et en frais de service par HUAWEI. Ceci veut dire qu’il nous reste encore un montant de 12 millions à décaisser. Mais comme l’accord de prêt a été signé depuis 2013 pour une période de trois ans et que normalement les travaux devaient être terminés depuis 2016 et que le 17 mai 2017, était la date limite des décaissement.

Je pense qu’aujourd’hui, Exim bank a déjà écrit au ministère des Finances pour expliquer cet état de fait. C’est aussi une préoccupation pour HUAWEI par qu’ils s’inquiètent que l’Etat guinéen ne demande pas l’extension de ce délai pour éviter de compromettre l’accord prêt. Mais je les ai rassurés que l’Etat va prendre toutes ses responsabilités parce qu’on ne peut pas consentir un prêt qu’on devrait rembourser et rester négligeant là-dessus. Je comprends leur inquiétude mais ceci ne devrait pas être un argument pour les empêcher de commencer avec nous les travaux de correction pour ne pas empirer les dommages qui ont été constaté à l’issue de l’audit.  

Interview réalisée par Thierno Amadou M’Bonet Camara (Mosaiqueguinee.Com) et (Indépendant)

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top