Actualités

Mamou : à l’approche de la fête de Ramadan, vendeurs et clients tirent le diable par la queue

A quelques jours de la fête de l’Aïd el Fitr, qui marque la fin du mois de ramadan,  vendeurs et acheteurs  se  donnent rendez-vous dans les 3 principaux marchés de Mamou, dans une conjoncture toute particulière.

Du grand marché de Mamou jusqu’au marché  Pépé Kalé, en passant par le marché Avaria, le constat est presque le même. D’un côté des clients désireux de s’offrir de belles tenues de fête mais qui se heurtent à une hausse drastique des prix, de l’autre, des marchands déterminés à profiter de la circonstance pour se faire plus de plus-value, le tout dans un  tohu-bohu total.

Une cliente venue acheter une robe pour sa petite fille au grand marché de Mamou, préfère retourner à la maison les mains vides. «Depuis 8h je suis là, j’ai sillonné presque tout le marché pour acheter une robe pour ma petite fille mais le prix est très chèr. Je préfère retourner d’abord à la maison », confie Aicha Condé.

Interrogé sur les causes de la hausse des prix à quelques jours de la fête de ramadan, un vendeur d’habits évoque les frais de transport. «On acheté les habits très cher à Conakry, ensuite nous payons le transport. Arrivé à Mamou, on ne peut pas vendre au même prix que Conakry ou Kindia», s’est-il défendu.

Même son de cloche du côté des tailleurs. Maître Thierno Ibrahima Diallo, qui est propriétaire de  l’un des plus grands ateliers de couture de la ville, se plaint du manque de clients, contrairement aux années passées.

«Cette année, les clients sont rares contrairement aux années précédentes. D’habitude à pareils moments je suis débordé de client», a-t-il fait savoir.

Depuis Mamou, Alpha Mamoudou Barry pour Mosaiqueguinee.com.

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top