A LA UNE

Prière de l’Aïd el-fitr : Un imam s’insurge contre les vindictes populaires et la prostitution dans la commune de Ratoma

A l’occasion de la prière de l’Aïd El-fitr ce dimanche 25 juin 2017, un imam s’est insurgé contre certaines dérives qui caractérisent de nos jours la population de Conakry.

Dans son sermon, l’imam de la mosquée de Baïlobaya, secteur 2, a évoqué les vindictes populaires, devenues fréquentes dans le pays, et le travail de sexe auxquels des mineurs sont massivement exposés  dans la commune de Ratoma. Pour lui, les vindictes populaires sont  anti-citoyennes et ne suivent par ailleurs  aucune logique religieuse.

«Dieu a créé tous les êtres et rendu l’être humain supérieur. Dans les conditions normales, quand vous voyez des personnes qui portent le corps d’un être humain décédé, vous devez vous tenir debout jusqu’à ce que le cortège passe, pour le respect que Dieu a recommandé d’accorder à l’humain. Que ça soit un serpent, une moustique, une punaise ou une mouche, il n’est pas autorisé à un musulman de les tuer par le feu. Mais aujourd’hui, ces des personnes qui se disent musulmanes qui se livrent à brûler vifs leurs prochains. Pire, ils se mettent à filmer la scène. C’est vraiment inhumain, il faut un coeur dur pour agir ainsi. Les pierres ont pris la place des coeurs de certains Guinéens», a fustigé l’imam Oustaz Raja.

Poursuivant son sermon, l’imam a dénoncé le travail de sexe, un vieux métier proscrit par l’islam.

«Quand tu prends ta voiture à partir du crépuscule et que tu emprunte la corniche Sonfonia-Kipé, des mineurs  sont parfois exposés devant les phares des véhicules et font ce que Dieu n’aime pas. Dans les hôtels et motels, on n’en parle pas. Il n’y a plus de pitié, plus de peur. Alors où allons-nous avec cette dérive ?

Les parents doivent prendre leurs responsabilités pour l’éducation des enfants», a déclaré l’imam qui n’a pas manqué de flétrir aussi le mauvais comportement des conducteurs dans la circulation.

Oustaz Radja en a profité pour inviter les Guinéens à l’union et à l’amour mutuel.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top