Actualités

Traite d’êtres humains : Réaction du ministère de l’Action Sociale suite à un rapport qui épingle la Guinée

Dans le dernier rapport du département d’État américain sur la traite d’êtres humains, la Guinée qui était classée au 2ème tiers, est rétrogradée au 3ème niveau. 12 pages sur les 400 et quelques que compte ce rapport, sont consacrées à la Guinée et l’épinglent pour  le manque de jugement des auteurs de la traite, le manque de moyens efficaces pour réprimer la pratique et le manque de code pénal consacré à la répression de la traite d’êtres humains.

La ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, à travers la commission nationale de lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées, a fait une sortie médiatique jeudi pour expliquer les critères de classement des pays dans ce rapport, les évolutions législatives et judiciaires contre cette pratique dans le pays et les recommandations faites par le département d’État américain.

Pour Aboubacar Sidiki Camara, conseiller juridique du ministère et président de la commission nationale de lutte contre la traite des personnes, il ne s’agit pas de critiquer ce rapport mais d’intégrer les recommandations.

M.Sidiki explique que depuis 10 ans maintenant la Guinée est soumise à cette évaluation et 2 ans de suite elle était dans la catégorie du 2ème tiers. Les critères fondamentaux du  rapport qui sont la mise en place d’une institution de lutte contre la pratique de la traite, les efforts du gouvernement dans la prévention, les enquêtes menées par les services de sécurité et les moyens de répression.

Le rapport recommande à la Guinée le renforcement du mécanisme national de lutte contre la traite des personnes, l’élaboration des programmes de formation pour des magistrats et agents de sécurité et les campagnes d’informations et de sensibilisations de la population sur l’existence même de la pratique.

En Guinée, la traite des personnes touche beaucoup plus les enfants et les femmes surtout dans l’exploitation minières et dans la prostitution. Plus de 35 milliards de dollars ont été générés en 2016 dans la traite des êtres humains selon le département d’Etat américain.

Yenguissa Sylla

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top