A LA UNE

Djalikatou Diallo : «L’examen et l’adoption du code civil révisé n’est pas une priorité imminente !»

Malgré la pression de la société civile et des médias, l’Assemblée Nationale vient de clôturer la session ordinaire des lois de l’année 2017, sans toucher au projet de code civil révisé. La  rédaction de Mosaiqueguinee.com a eu un entretien sur ce sujet avec la député Zalikatou Diallo. Depuis 2016, ledit texte dort dans les tiroirs de la commission des lois.  

Selon Djalikatou Diallo, ceci ne traduit pas une mauvaise volonté du parlement. « L’Assemblée Nationale a agi par priorité car, qui dit code dit un recueil volumineux de milliers d’articles. Les priorités ont été hiérarchisées avec la contribution du gouvernement.

Cette fois-ci encore, on avait le code civil, le code de justice militaire, le code des collectivités et le code électoral. Il fallait encore agir par priorité. La Guinée s’est engagée avec les partenaires dans un programme de réforme et de restructuration des forces de défense et de sécurité. Donc, les partenaires technique et financier attendaient et s’impatientaient.

Il fallait examiner le code de justice militaire. C’est ce qui fut fait. Aussi, il y a le code des collectivités locales et l’examen du code électoral avec les élections locales qui pointent à l’horizon. Sous  la pression politique, en commun accord avec le gouvernement, les priorités ont été hiérarchisées par l’Assemblée. », explique-t-elle.

Invoquant aussi un perfectionnisme des députés de la commission des lois, Dr Zalikatou Diallo ajoute: « Quelque soit le volume d’un code, ils veulent l’examiner article par article. Comme ils ne sont pas adeptes du travail bâclé, quand ils ne peuvent pas passer au peigne-fin un code, ils ne le touchent pas. C’est cette malchance qu’a eue le code civil cette fois-ci”.

De nos jours, la nécessité d’une session extraordinaire s’impose afin de permettre au parlement de  se plancher sur ce projet de révision du code civil. Celui qui est en vigueur est en déphasage avec la sociologie du pays. Il interdit par exemple la polygamie alors que celle-ci est monnaie courante dans notre société.

Alhassane 3 Diallo

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top