A LA UNE

Promulgation du code électoral amendé : Quand Makanéra bat en brèche les arguments du FAD

Depuis la promulgation par le président de la République, du code électoral amendé, les avis sont divergents sur la régularité de la procédure. Contrairement à ce que beaucoup expliquent, notamment le FAD, Alhousseny Makanera Kaké indique que le président de la République n’avait pas forcément besoin de faire recours à l’Assemblée nationale.

Il s’est dit surpris de lire ce matin sur Mosaiqueguinee, une déclaration du FAD qui parle de violation de la procédure.

«La procédure a été très bien suivie. Quand vous prenez l’article 50 de loi organique, relative à la cour constitutionnelle en République de Guinée, elle dispose que la cour constitutionnelle peut recaler toute la loi ou bien juger une partie conforme,  l’autre non conforme, et  rendre celle-ci détachable. Si elle est rendue détachable, si une seconde lecture n’est pas demandée, la partie détachable peut être promulguée. Voilà l’idée de l’article 50. Et nous sommes dans ce cadre espèce», a entamé Makanera joint au téléphone par la rédaction de Mosaiqueguinee.com.

«On a demandé au président de la République de tenir compte des observations de la Cour Constitutionnelle pour promulguer. C’est au président de savoir est-ce que son cabinet peut faire ces observations, ou bien il a besoin de se faire aider par quelques experts de l’Assemblée nationale. Ce n’est pas pour une nouvelle adoption. On ne peut pas adopter la même loi deux fois à l’Assemblée nationale», a conclu Makanéra.

Il faut noter que malgré cette promulgation, l’opposition républicaine ne change pas son calendrier de meetings et de marches.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top