Actualités

Centre d’Excellence sur la Gouvernance des Industries Extractives de Yaoundé : le grand retour de la Guinée 

L’université d’été s’est ouverte ce lundi 31 juillet 2017 au Centre d’Excellence sur la Gouvernance des Industries Extractives à Yaoundé, Capitale du Cameroun. Elle regroupe une trentaine de participants venus de plusieurs nationalités africaines notamment des pays miniers, pétrolier et gaziers du continent.

Ce sont pour  la plus part des acteurs de la société civile, des hommes et des femmes de médias mais aussi du personnel du secteur minier et d’Institutions évoluant dans le domaine des ressources naturelles. La Guinée a le plus grand nombre de participants.

Cette session est la 7ème du genre. Elle constitue  une opportunité de renforcement des capacités de tous les acteurs évoluant dans le secteur des mines, du pétrole et du gaz des pays francophones d’Afrique. Elle devra, selon Mme TSAGUE Evelyne, Directrice Afrique Natural Ressource Governance Institute NRGI, en charge des Programmes et de l’Organisation,  participer au changement de comportement des différents acteurs mais aussi créer l’émulation et le partage d’expérience entre les pays à potentiel naturel en vue de la bonne gouvernance des Industries Extractives en Afrique.

La Guinée a marqué son retour pour sa participation à l’université d’été de l’Université Catholique ce, après quelques années d’absence du fait de l’épidémie Ebola qui a secoué l’Afrique de l’Ouest.

Pour  SUN MIN Kim, chargé de programme GUINEE/Afrique à NRGI basé à Conakry, cette rencontre d’expérience est aussi une occasion pour la Guinée de démontrer les avancées observées dans l’Industrie Extractive  mais aussi outiller les neuf représentants pour davantage améliorer la gouvernance minière du pays dont l’exploitation occupe une grande place dans l’économie nationale.

SAA Pascal TENGUIANO, coordinateur des programmes au CECIG, un des représentants la Guinée,   tout en saluant le cadre de formation au Campus de l’Université Catholique, s’est réjoui de la qualité des cours proposés et de leurs impacts sur la vie minière de son pays.

Il espère que les connaissances acquises par lui et ses collègues de la société civile, notamment Actions Mines et des médias, seront restituées aux autres organisations en place pour une attente des objectifs de développement durable.

A noter que les autres pays participants à cette session 2017 au Cameroun sont : le Burkina Faso, le Sénégal, la Côte d’Ivoire,  le Cameroun, la Congo et le Tchad. La clôture est prévue le 11 août prochain.

Abdoulaye Keita

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top