Actualités

Les réseaux sociaux et les milices médiatiques des partis politiques (Par le politologue Kabinet Fofana) 

S’il y a bien ces derniers temps ce qui tient le plus la communication des partis et des hommes politiques, c’est sans doute les réseaux sociaux. La recette de ces outils, n’est plus à démontrer dans le cadre du marketing politique.

Comme partout ailleurs, les acteurs politiques guinéens aussi, ont su tout l’impact social et politique des plateformes comme Facebook et Twitter qu’ils utilisent pour s’offrir une meilleure image dans l’opinion publique.

Ils sont actuellement, en nombre, des politiques qui tiennent des pages Facebook ou les font administrer par des tiers. On peut lire des coupures de textes reprises dans les médias traditionnels relatives à ces hommes politiques.

Ils sont soit des services de communication de ces formations, soit de simples militants ou sympathisants qui savent ingénieusement monter la garde, telle une cellule de veille militaire.

Ces derniers, une sorte de véritable milice médiatique, s’y connaissent aux piques, à la technique de la polémique et maitrisent tant bien que mal le code de la communication sur les médias sociaux.

Au départ, ils étaient tout simplement auditeurs de radios, intervenant dans des émissions interactives avant de se tourner vers Facebook.

Depuis déjà deux jours, à la faveur des manifestations politiques de l’opposition, ces agents se déploient et s’activent.

Ceux acquis à l’opposition tentent à tout bout de champ de relayer inlassablement et de façon systématique toute la réussite des manifestations telle que celle de ce mercredi 02 Août 2017.

C’est entre autres des publications pour galvaniser la troupe. Au cours de la journée, ce sont des posts qui affichent les images prises tout au long de la marche, ce qui confèrerait à celle-ci toute sa réussite et par ricochet, traduirait l’idée selon laquelle l’opposition reste une redoutable force politique dont le point de vue compte.

Une démarche qui appartient à une pédagogie de la communication qui jouxte la persuasion.

De l’autre côté, ils sont militants au RPG, ils tentent d’opposer à cette tendance un autre point de vue, celui qui présente la marche comme un échec.

On a pu aussi lire le long de la journée de mercredi,  des publications de jeunes qui désapprouvent la démarche de l’opposition par le biais de caricatures à tort ou à raison, prompts à  répliquer aux moindres commentaires contraires à leur point de vue.

L’objectif, partout, reste le même. Impacter et persuader.

Kabinet Fofana,

Politologue,

Président de l’Association

Guinéenne de Sciences Po

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top