Actualités

Manifs politiques: consommation de stupéfiants, participation des mineurs…ce qu’il faut changer, selon le CNOSC

Le Conseil National des Organisations de la Société Civile (CNOCS), était ce vendredi face à  la presse. C’était autour de la publication du rapport de l’observation que cette organisation a faite lors des meetings et  la marche du 02 août, récemment  organisées par l’opposition républicaine à Conakry et à Kagbelen, commune de Dubréka.

Dans son intervention, Dr Alpha Abdoulaye Bah, secrétaire administratif du CNOCS, a tout de suite fait une appréciation générale.   «Globalement, les meetings et la manifestation (du 02 aoû Ndlr), se sont déroulés dans le calme et la sérénité, sans violence, sans incident majeur mis à part du cas de décès par accident de moto que nous avons enregistré», dira-t-il.

Aujourd’hui, ajoute le secrétaire administratif du CNOSC, ce qu’il faut changer fondamentalement, c’est l’extraction des enfants de  ces meetings et manifestations, la limitation de l’usage des motos parce que fondamentalement la plupart des accidents sont liés à leur présence sur la voie en même temp que les marcheurs. L’autre chose, dit-il, c’est d’éviter qu’il y ait des jeunes sous l’emprise de l’alcool ou d’autres stupéfiants dans ces meetings ou marches.

«Si cela est résolu, je pense qu’on aura des marches qui sont encore meilleures et qui vont finir dans de très bonnes conditions», insiste t-il.

Par ailleurs, dans sa déclaration, le Conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée, à fait des recommandations à l’endroit des forces de l’ordre, des acteurs politiques et l’administration publique.

Aux partis politiques, le CNOCS recommande la poursuite de la collaboration avec les autorités locales pour remplir toutes les conditions légales et administratives requises pour toute manifestation, le respect de la libre circulation des autres citoyens, la poursuite de la formation et l’éducation de leurs militants en esprit citoyen; l’interdiction de toute consommation de l’alcool et autres stupéfiants lors des manifestations et l’interdiction de l’utilisation de pétards et feux d’artifice.

Aux forces de l’ordre et de sécurité, de poursuivre les réflexions sur la recherche de meilleures stratégies d’encadrement des manifestation politique.

“Aux autorités politiques et administratives, nous recommandons de respecter et de faire respecter le cadre légal et réglementaire de l’organisation des manifestations politiques, de poursuivre et renforcer l’éducation civique de la population, et renforcer le dispositif sécuritaire», a déclaré le CNOCS.

Alhassane Djigué

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top