A LA UNE

Surfacturation : la Société des Eaux de Guinée, épinglée par une organisation de la société civile

Le Conseil National des Organisations de la Société Civile pour la Démocratie et le Développement de la Guinée (CNOSC-DDG) était ce mercredi  face aux journalistes. C’était  à la  maison de la presse. La prestation de la Société des Eaux de Guinée (SEG), était l’un des points saillants de la communication de Salmana Diallo. Le président du CNOSC-DDG, a fait une déclaration portant sur la problématique d’accès à l’eau potable.

«Le Conseil National des Organisation de la Société Civile pour la Démocratie et le Développement de la Guinée, constate avec regret, que la Société des Eaux de Guinée fait des surfacturations sur les factures fournies aux citoyens pendant les périodes où il n’y avait même pas d’eau. Dans les quartiers Hafia 2, Sonfonia gare et dans d’autres quartiers de la capitale, pendant la période allant du mois d’avril au mois de juin, il n’y avait  pas de l’eau potable dans les robinets de la SEG. Mais la SEG a envoyé les factures aux citoyens pour payer ce qu’ils n’ont pas consommé et ce, avec une surfacturation», a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : «les députes sont les élus du peuple, mais au niveau de l’Assemblée nationale, ils ne font que leur affaire et celle de leur parti. Pourtant ils sont les représentants du peuple. Dans le cadre l’amélioration des conditions de vie de la population, le gouvernement et l’assemblée nationale doivent aider la population à accéder à l’eau potable à un prix abordable, en évitant la surfacturation».

Malgré les  efforts des partenaires notamment le gouvernement du Japon, la SEG peine encore à fournir de l’eau potable à toute la population de Conakry.

Kanté Mariam

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top