Actualités

De la galette chinoise pour assainir les rues de Conakry (Mohamed Mara)

Deux semaines après les morts de la décharge de Dar-es-Salam, le gouvernement guinéen était attendu sur le remède-miracle qui nous débarrasserait de nos ordures. Et comme presque toujours, il nous viendrait de l’orient, et la ronde galette chinoise trouvera contrepartie dans nos mines.
La Chine. Cette poudre de perlimpinpin saupoudrée sur toutes les salades servies sous nos tropiques, pour redonner de l’espoir à nos ventres creux comme du vin à un mourant. Il était attendu, notre éclairé président, sur les annonces dont il a si généreusement le secret. Eh oui, on savait qu’il ne nous décevrait pas une fois encore, et que nous resterions tous admiratifs devant une nouvelle trouvaille que les incultes qui nous ont gouvernés avant lui étaient incapables d’imaginer, mêmes dans leurs plus beaux rêves. Et nous ne sommes pas déçus !
Comme presque toujours, le remède-miracle n’est jamais loin, quand notre Faama national se livre à son activité favorite : survoler nos misères sur les ailes d’un aéronef loué à grands frais grâce à nos maigres pitances.  Et cette fois, ce n’est pas lui qui s’est chargé de l’annonce. Mais son très fidèle ministre d’Etat, chargé des partenariats public-privé. Qui dit mieux, dans un pays où le poste de premier ministre n’est que de l’arôme sur le plat présidentiel.
200 millions de dollars, ouf je m’étouffe ! Mais c’est bien le montant que l’oncle Jiping aurait généreusement décidé de débourser dès cette année, pour nous débarrasser de cette crasse qui enveloppe honteusement notre capitale. Mille mercis à notre nouvel oncle. Nous lui serons éternellement reconnaissants. Et pour le lui prouver, une nouvelle zone économique spéciale, recevra les chinois du monde entier, qui veulent commercer, et qui sait, contracter quelques mariages mixtes par ici.
Dans ce pays, merveilleux héritage que nous ont légué nos parents, point besoin de planification, de stratégies, de projets… il suffit juste d’avoir une idée, de la jeter au sol, pour la voir aussitôt germer croitre et porter du fruit. Notre terre est tellement riche, que dans deux ans, nous n’importerons plus aucun légume pour notre maaffé, aucun manioc pour notre tô, encore moins de maïs pour mon Lakkirri. Et ces saboteurs qui n’attendent que le bateau de riz, n’auront le choix que de regarder vers nos rizières à perte de vue, comme promis par notre bien-aimé Faamasur le pont KK. Et la Chine ‘’pourra, comme elle voudra et dans les conditions qu’elle voudra, suivre avec nous la route qu’elle voudra’’.
D’ailleurs, qu’est-ce que 200 barres, quand l’Empire du Milieu serait prêt à nous refiler 20 milliards de dollars pour sortir de terre le miracle guinéen ? Bien plus, le barrage de Souapiti va être érigé à hauteur d’un milliards et demi de dollars grâce à l’oseille chinoise. Qu’est-ce que nous admirons ces prophéties, qui font déjà gargouiller nos ventres d’impatience. 20 milliards, un par an jusqu’en 2036. Oh, nous souhaitons Une vie longue et heureuse à ceux qui aident si généreusement notre Président à accomplir le rêve d’une Guinée unie, prospère et respectée dans le monde entier !
Bon sang, à y penser je me demande pour n’a-t-on pas supplié plus tôt l’oncle chinois de mettre ce pactole dans le Simandou. Notre pays aurait déjà décollé, avec des milliers d’emplois qui auraient fait regretter à Senghor et Houphouët, dans leurs tombes, leur complicité historique avec la France. Oui, ce sont eux qui sont à la base du retard économique et même spirituel que connait aujourd’hui la Guinée.
Mais ce n’est pas bien grave. Désormais notre oncle remplacera notre mère patrie gauloise. Et comme le disait Confucius : « Sous un bon gouvernement, la pauvreté est une honte ; sous un mauvais gouvernement, la richesse est aussi une honte. »
Mohamed Mara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top