Actualités

Pourquoi le délestage du courant électrique à Boké ? le ministre Taliby Sylla se justifie (Communiqué)

A cette malheureuse occasion, le Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Dr Cheick Taliby Sylla a donné ce jeudi 14 septembre 2017, les causes du manque de courant dans la ville de Boké et les dispositions en cours pour trouver la solution aux problèmes dans un bref délai.

Depuis le 5 septembre dernier, la ville de Boké est confrontée à un manque du courant électrique suite à un défaut sur le circuit d’excitation de l’un des 2 groupes qui alimentent cette préfecture. Dès l’annonce de la nouvelle, le ministère de l’énergie et de l’hydraulique en collaboration avec la direction générale de l’électricité de Guinée se sont mis à pied d’œuvre pour trouver des solutions adéquates afin de rétablir la fourniture de l’électricité à la totalité des populations de Boké.

Cheick Taliby Sylla, le ministre guinéen de l’énergie et de l’hydraulique, revient sur les circonstances de cette panne «c’est compte tenu de la charge de consommation dans la ville de Boké que l’alternateur d’un groupe a pris un coup. Donc immédiatement ce groupe a été démonté par les techniciens de l’EDG et ils se sont mis au travail. Informé dès mon retour de la Chine, j’ai donné instruction à l’administrateur de l’EDG de louer un groupe de puissance égale à celui en panne.

Ce qui fut et depuis le lundi ce groupe est déjà à Boké. Mais techniquement, c’est très difficile de pouvoir raccorder afin de le synchroniser avec le deuxième groupe en service. Il n’y a pas un manque total de courant à Boké. Il y a un groupe qui fonctionne, c’est le deuxième qui est tombé en panne. Ce groupe qui fonctionne ne peut pas alimenter toute la ville en même temps et les citoyens de Boké ne veulent pas de délestage en attendant la réparation du second groupe. Donc les équipes de l’EDG sont à pieds d’œuvre pour rétablir la desserte. Un autre groupe a été essayé le mardi aux environs de 18h mais très malheureusement les essais n’ont pas été concluants. J’ai demandé à l’EDG de le déclasser complètement. Nous avons tenu ce matin une réunion d’urgence et tout rentrera dans l’ordre dans un bref délai ».

Le ministre de l’énergie lance un appel pressant à la population de garder patience afin de permettre aux techniciens de l’EDG de trouver définitivement la solution à ce problème « les travailleurs sont sous pressions, ils sont entrains de travailler nuit et jour pour résoudre le problème. Je pense que la rue ne doit pas gérer le problème notre pays. Il y a des règles, il y a des lois, il y a des principes pour vivre ensemble dans une cité, que chaque citoyen doit pouvoir respecter. Si le groupe est tombé en panne, ce n’est pas la faute à l’EDG parce que les entretiens se font normalement selon EDG.

Nous demandons aux femmes, aux jeunes et aux sages de l’accalmie, la tranquillité à Boké, de se ressaisir afin de faciliter la tâche à notre équipe qui est sur le terrain. Quand on est sous pressions on ne pourra pas prendre des dispositions correctes résoudre les problèmes. Le lundi, nos agents sont rentrés difficilement dans cette ville parce que des barrages étaient érigés partout. Il a fallu l’intervention des autorités préfectorales pour laisser ces techniciens. Pour remettre le courant à Boké il faut laisser rentrer les techniciens dans la ville et avoir accès aux différents sites, s’ils n’y parviennent pas on ne peut pas faire ce travail. »

Cheick Taliby Sylla évoque aussi des dispositions en cours en matière de desserte en eau et en électricité dans les différentes régions « en dehors de tout ça, il y a des lignes d’interconnexion qui sont en cours de construction. Il y a une ligne qui va quitter Kaléta vers Fria, Boffa et Boké. Et à partir de cette ligne qui pourra faire transiter 800 mégawatts d’énergie, toutes ces localités vont être connectées pour avoir le courant normalement. Ce qui existe aujourd’hui à Boké n’est qu’une solution temporaire, en attendant que les réseaux-là n’arrivent non seulement du coté guinéen, mais aussi des organismes du bassin qui sont en partenariat avec la Guinée notamment le Sénégal, la Guinée Bissau et la Gambie. Tous ces travaux depuis le 4 février ont démarrés et vont bon train.

Aujourd’hui, nous avons procédé à la réhabilitation du réseau de distribution d’énergie dans 26 villes de la Guinée. Et en ce moment, EDG est entrain de déployer les groupes pour servir ces zones temporairement en attendant que les réseaux de transport d’énergie et de distribution qui sont en cours d’études et de financement démarrent et que après la construction du barrage de Souapiti, que le complexe Kaléta-Souapiti d’une façon générale puisse toute la Guinée. Mais pour cela, il faut transporter cette énergie pour pouvoir desservir tout le monde. Ça fait partir de notre mission que le président de la République nous a confié que nous sommes en train de dérouler. Mais on ne peut pas le faire avec des baguettes magiques. Il faut travailler, il faut se concentrer.

C’est la technique, ça ne se fait pas n’importe comment. Il faut étudier, il faut trouver des financements et les financements qu’on mette dans l’énergie sont des financements très couteux. Je pense qu’une patience de quelques années est nécessaire pour pouvoir résoudre le problème d’énergie complètement dans notre pays. En ce qui concerne le secteur urbain de l’eau potable c’est la même chose, à l’heure-là les niveaux d’eau sont remontés et la SEG a même trouvé un groupe pour pouvoir faire le pompage afin d’alimenter toutes les populations. C’est pas facile, mais on y arrivera ».

Enfin le ministre Sylla, a évoqué que l’électricité de Guinée ne gère pas la localité de Kolabounyi, mais d’autres moyens sont en cours pour la population en électricité « EDG ne gère pas Kolabounyi, il y a même pas un réseau relevant de ce service. Mais là aussi les dispositions sont prises pour pouvoir mettre une centrale solaire, et les études sont en cours en ce moment. A Kamsar également les dispositions sont prises au niveau du gouvernent pour que l’EDG puisse gérer cette localité, c’est-à-dire faire le transfert de CBG vers la société publique EDG afin de faire du développement pour pouvoir mieux desservir la population.

A noter que depuis les émeutes du mois d’avril dernier dans la préfecture de Boké, le gouvernement guinéen a pris toutes les dispositions pratiques pour trouver une solution pérenne aux problèmes d’eau et d’électricité qui ont été posés par les citoyens de Boké. EDG gère la préfecture de Boké à partir de 2 groupes électrogènes d’un mégawatt chacun qui ont été installés il y a six ans. Deux autres groupes électrogènes qui ont été achetés en Hollande sont en voie d’acheminement à Conakry pour venir renfoncer les 2 autres qui sont déjà sur place à Boké.

Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top