A LA UNE

Boké : Retour au calme après la visite d’Elie Kamano ?

« Elie Prési ! Elie gouvernement « , tels ont été les mots des jeunes de la ville de Boké qui ont ovationné le visiteur de Kakandé.

L’artiste reggae man Elie Kamano était présent dans la ville de mines, ce vendredi 15 septembre aux environs de 11h.

A sa rentrée, l’artiste a été accueilli en ville avant d’être dirigé au stade du 1er Mai de Boké. Ensemble, ils ont chanté en chœur l’hymne national.

Face aux jeunes de Boké, l’artiste évoquera les raisons de son déplacement : «je suis là parce que je suis mandaté par ma conscience, parce que citoyen patriote.  Je suis là parce que c’est une localité de la Guinée qui est en danger.  Je suis ici pour assister les populations de Boké afin qu’on trouve des solutions pour une sortie de crise…Parce que c’est la deuxième fois à ce que je sache, que des événements pareils arrivent dans cette localité.

Donc je pense que le président de la République, que les autorités Guinéennes devraient en principe écouter et prendre en compte les revendications de cette population, parce que si aujourd’hui les populations de Boké ne veulent plus sentir le gouverneur, le préfet et les militaires, donc il faut partir ».

Ensuite, Elie Kamano, a compati aux souffrances des citoyens avant de délivrer ce message de paix : « Quand la population de Boke souffre, je souffre aussi.  Je viens vous demander une chose, j’ai chanté des morceaux sur cette terre. Mais si vous sortez de Kolaboui jusqu’ici pour m’accueillir ainsi, sans avoir de problème c’est que je n’ai jamais trahi la Guinée et les guinéens. J’ai entendu votre souffrance, votre souffrance c’est aussi la mienne, c’est pourquoi je suis venu. Mais je veux que vous vous souvenez de l’une de mes chansons, que vous pouvez tous chanter et j’e veux qu’on chante le morceau Pardonner ensemble “la Guinée ne saurait être une famille si on ne pardonne pas…. “ », repris en chœur par l’artiste et ses fans.

Dans la foulée, l’artiste conseillera aux jeunes la sérénité et le pardon : « Je suis venu à Boké vous montrer mon soutien, je suis avec vous. Donc je suis venu vous dire, la chanson que vous admirez, j’ai dit une phrase dedans. Si nous devons grever, ne détruisons pas notre terre.  J’ai dit, ceux qui sont directement concernés, c’est à eux qu’on doit s’attaquer et non aux édifices publics qui appartiennent aux populations de Boké. Vous savez que la Guinée changera, mais personne ne changera ce pays si ce n’est pas vous.  C’est vous qui allez changer cette terre, parce que je suis couché à Conakry, mais vous m’avez montré que vous êtes les fils dignes de la Guinée.

Vous n’avez peur de rien, je voudrai que nous soyons sereins, consultons les leaders. Sinon, quand nous grevons, ceux qui ont des mauvaises intentions, iront vandaliser les boutiques et maisons, piller de l’argent ».

Du stade en passant par limaniya et le hangar, le cortège s’est ensuite dirigé à la radio Espace Kakandé, d’où il a été l’invité de la rubrique ‘priorité au direct’.

À son départ, il a invité les jeunes à enlever les barrages. Ce soir, on pourrait dire que la visite l’artiste a produit un succès éclatant, car le calme et la sérénité règnent dans la cité des mines.

 

De Boké, Kanté Mariam pour mosaiqueguinee

 

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

1 Comment

  1. tim

    15 septembre 2017 at 21 h 42 min

    Ceci prouve que la stratégie ethnique ou régionaliste de Alpha Condé ne marche pas pour lui. Il a fallu un ressortissant de la forêt pour calmer la situation à Boké. Et pourtant, il garde des incompétents parcequ’ils sont ressortissants de telle région. Il oublié que quand quelqu’un est éfficace, on s’en fou de son origine. Même les vrais natifs de Boké ( Ma taurin Bangoura et autres ont été incapable de calmer à Boké). Donc, Monsieur le Président, recrutez sur la base du mérite et compétence, non sur l’ethnie ou le régionalisme).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top