Actualités

Lutte anti-drogue : des présumés trafiquants présentés à la presse

Le combat de l’Office Central Anti-drogue (OCAD) contre le trafique de drogue se poursuit. Deux nouveaux présumés trafiquants ont été présentés à la presse ce vendredi, 15 septembre 2017.

L’événement a eu lieu au Secrétariat général à la Présidence, chargé des Services spéciaux, de la lutte anti-drogue et des crimes organisés. Le premier présumé trafiquant est mis aux arrêts pour une affaire de drogue dure (cocaïne). Le deuxième, pour une affaire de cannabis.

Parlant du premier cas, le Directeur central adjoint de l’office central, Ibrahima Kalil Camara, a fait savoir que c’est dans la nuit du 10 au 11 septembre 2017, que des agents ont mis main sur un détenteur de passeport Cap-Verdien, porteur d’une quantité de cocaïne. Il provenait du Brésil et était en destination de la Guinée Bissau via le Maroc et la Guinée.

«Il a quitté le Brésil avec 1 kg de cocaïne ingéré dans son ventre. Arrivé au Maroc, par le retard du vol, il a eu de l’incontinence digestif, il a évacué environs 42 boules dans les WC là-bas. Arrivé en Guinée, nos agents l’ont interpellé. Vérification faite, il a été trouvé qu’il portait une quantité énorme de cocaïne ingérée dans son ventre. Il a évacué avec nous 24 boules, ce qui a donné 390 grammes», a expliqué Ibrahima Kalil Camara, qui a rappelé qu’ils sont à leur quatrième fois d’arrêter de ce genre de trafique.

Parlant du cas de cannabis, l’officier dira :  «C’est dans la journée du 11 septembre 2017 que nos hommes ont eu à saisir 141 kilos de cannabis dans le quartier de Yimbaya avec un certain Dady Camara pris en flagrant délit dans la chambre où cette quantité a été trouvée».

Interrogé par les journalistes, Dady Camara après avoir nié dans un premier temps, a fini par reconnaître ce qui lui est reproché.  «Ils m’ont trouvé devant la porte en train de me laver les mains. Ils sont rentrés dans ma chambre et ils ont sorti la drogue. C’est ainsi qu’ils m’ont arrêté. Je reconnais que cette drogue m’appartient » a-t-il reconnu.

Le présumé trafiquant de cocaïne, qui n’a pas du tout dévoilé sa face, n’a pas souhaité s’exprimer devant la presse. Selon les agents qui ont mis main sur lui, il aurait dit lors de sa première audition que ses complices lui avaient signifié qu’en cas d’arrestation, s’il dévoile sa face ils vont l’assassiner.

Mamadou Sagnane

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top