A LA UNE

Après Boké, Kamsar village réclame de l’eau et de l’électricité à son tour : Tension vive, activités paralysées

 Alors qu’un retour à la normale se dessine à Boké avec l’arrivée des Groupes Electrogènes promis par les compagnies minières évoluant dans la région, Kamsar entre à son ébullition.

Depuis samedi soir, une certaine tension règne sur place. Visage de ville fantôme, activités paralysées.

Comme celles de Boké, les populations de Kamsar village, zone de pauvreté située à la lisière de la Cité CBG, qui abrite les travailleurs de la compagnie minière, réclament de l’eau et de l’électricité.

Des habitants de Kamsar, joints par notre rédaction, rapportent que toute la journée de ce Dimanche, la circulation est restée bloquée, les barricades érigées à plusieurs endroits de la ville, les activités paralysées.

Un journaliste travaillant pour une radio locale, a confié avoir perçu quelques pick-up de la CMIS, arrivés sur place.

Pour l’instant, les forces de sécurité, réussissent à canaliser les événements et à sécuriser les installations de la CBG, mais les activités de sous-traitants, restent fortement perturbées.

Pour le bilan, pas de casses d’envergure pour l’instant. Seule la barrière, séparant la Cité, de Kamsar village, aurait été touchée.

Au moment où nous mettions cette dépêche en ligne, un calme très précaire régnait dans la ville de Kamsar, nous a confié un confrère.

Le Directeur National des impôts, parti pour sensibiliser les populations, reste pour l’instant coincé à l’entrée de la ville.

Nous y reviendrons !

Focus Mosaiqueguinee

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top