Actualités

Décès de six bébés prématurés : le DG de l’institut de nutrition rejette les accusations 

Depuis quelques jours, la mort de six bébés prématurés à  l’Institut de Nutrition et de Santé de l’Enfant, met cet institut au coeur des débats à Conakry. Selon le père de l’un des six bébés ayant trouvé la mort, c’est une coupure d’électricité qui est à l’origine de ce drame.

Le Directeur de l’Institut, Dr Ibrahima Khalil Koné, dit le contraire.  «Je ne peux pas nier qu’il y a des coupures parfois, mais attribuer la mort de ces bébés à cela, ne correspond pas à la réalité», dit-il.  

Selon Dr Ibrahima Khalil Koné, le bébé dont le  père est sorti dans les médias,  est né le 19 septembre  à O H, dans une maison. Son épouse  n’aurait pas été assistée par un spécialiste.  Donc, dit-il,  il y a eu au cours de l’accouchement une rupture prématurée  de la membrane.

«Ça veut dire que cela suscite un grand risque chez un enfant immature. Ils sont allés dans une clinique à SOLOPRIMO. Constant la gravité de l’état du bébé, le médecin les a orientés chez nous. Ils sont arrivés ici à 1 H 20 GMT, le traitement est conduit jusqu’au matin», explique-t-il.

«Quand le bébé est arrivé à l’institut, il était très refroidi et il avait vraiment une infection liée aux conditions d’accouchement et de transport. Malheureusement, malgré nos efforts avec le matériel qu’on a, le bébé n’a pas survécu», ajoute-t-il.

Selon Dr Ibrahima Khalil Koné, la mort de ces six bébés n’est pas du tout liée à une coupure d’électricité. La mort simultanée de six bébés dans ce centre relèverait donc d’une simple coïncidence. C’est en tout cas ce qu’essaye d’expliquer Dr Koné.

Alhassane Djigué

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top