A LA UNE

Libération des leaders le 28 septembre 2009 : l’ancien Premier ministre donne une autre version

Kabinè Komara, ancien PM de la Guinée

La dernière  transition politique en Guinée, reste l’un des mystères de l’histoire récente du pays. Des acteurs civiles ayant travaillé avec la junte militaire, expriment peu à peu leur envie de nous en dire un peu.

A la faveur de la dédicace d’un livre écrit par l’ancien Secrétaire Général aux Affaires Réligieuses, Koutoubou Moustapha Sanoh, intitulé Le CNDD, la transition et moi Témoignage d’un ministre de la République, l’ancien Premier ministre Kabinet Komara, qui a dirigé la séance de présentation, a semblé montrer un désaccord par rapport  à un passage dudit livre.

C’est au tour de la libération des leaders politiques le 28 septembre 2009, au soir du massacre survenu le même jour au stade du même nom.  Selon Koutoubou Moustapha Sanoh, le salut est venu d’une rencontre qu’il a organisée entre le Président Dadis et les leaders Religieux.  Celui qui était premier ministre à l’époque, grâce à qui d’ailleurs Koutoubou est venu au gouvernement, donne une autre version.

« J’ai appelé le Président Abdoulaye Wade à 16 Heures pour lui dire que les informations que j’avais, étaient extrêmement  graves pour notre pays. Je lui ai dit comme c’est vous que le Capitaine Dadis considère comme étant son père, nous allons convertir de quelque chose (…) Koutoubou n’était pas au courant de ce détail, puisque nous avions convenu de le garder. Il m’a dit qu’est ce que nous allons faire ? Je lui ai dit que moi je vais tout faire pour avoir un rendez avec le président Dadis à 20 H », a révélé l’ancien Premier ministre.

C’est ainsi donc que le Premier ministre  Komara et le Président Sénégalais se sont mis d’accord sur ce qu’il fallait dire au Président Moussa Dadis Camara à savoir, libérer les leaders qui étaient séquestrés à la clinique Pasteur.

« Dès que j’ai appelé le Président Wade. Je lui ai dit Président vous voulez parler au  Président Dadis ? Il a dit oui. J’ai dit Président votre papa veut vous parler. Quand le Président Wade parlait, le Président Dadis disait Oui papa, oui papa, je vais y penser, je vais prendre des dispositions », ajoute le Premier ministre.

« C’est après que j’ai appelé le frère Koutoubou pour lui dire de réunir rapidement les religieux et venir au camps », conclut Kabinet Komara.

Dans son témoignage, l’ancien Premier ministre n’a pas manqué de rappeler ses bonnes  relations avec Koutoubou Moustapha Sanoh, qu’il classe d’ailleurs parmi les plus grands intellectuels de la Guinée.

M’Bonet

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top