Actualités

Plainte contre Sékouba Konaté : le juriste Mamadi 3 Kaba décèle ce qui pourrait être un vice de forme

Des victimes du massacre du 28 septembre 2009 ont recement porté plainte contre le Général Sékouba  Konaté, ministre de la Défense au moment des faits. C’est le Tribunal de Première Instance (TPI) de Dixinn qui a été saisi par le collectif de victimes. Contacté par notre rédaction, le juriste Mamadi 3 Kaba, par ailleurs président de l’Observatoire Citoyen de Défense des Droits de la République (OCDR), s’est exprimé sur cette affaire.

Pour lui, « des victimes qui porteraient plainte contre un responsable de la junte militaire d’alors, cela ne peut être que l’exercice d’un droit ». Mais, estime-il, ces  victimes devraient plutôt saisir le pool de juges en charge  du dossier  du 28 septembre.

«Cette même affaire est en instruction, elle est d’ailleurs en phase terminale. Est-ce que le tribunal (de première instance de Dixinn ndlr), qui est saisi par cette plainte pourra ouvrir  un dossier ou un procès qui est  parallèle à l’instruction qui est en cours ? J’estime que cette association de victimes devrait plutôt saisir les mêmes juges d’instruction qui sont sur le processus. C’est  ce qui permettra de faire un jugement de façon globale», a-t-il déclaré au téléphone de Mosaiqueguinee.com.

«Aujourd’hui l’histoire de la Guinée est galvaudée par ce crime (…). Il y a une atteinte qui a été portée à notre histoire, il faut que justice soit rendue pour qu’on ne parle pas  d’un deuxième 28 septembre en Guinée, qu’on ne parle  que du 28 septembre 1958», a ajouté le juriste Mamadi 3 Kaba.

Il faut rappeler que le Général Konaté, dans une de ses sorties médiatiques, avait dit à qui veut l’entendre qu’il ne témoignerait  devant aucune juridiction guinéenne.

Mamadou Saidou Gaya Diallo

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top