Actualités

Manifestation d’ouvriers devant le ministère du Travail : « Il n’y a aucune justification à ces agitations » réagit Damantang

Le 28 septembre 2017, Monsieur le Ministre en charge du Travail a reçu une délégation de travailleurs menée par un responsable du syndicat UGTG. Au cours de l’entretien qui s’en est suivi, les sujets suivants ont été abordés :

–       la situation des travailleurs des chantiers gérés par trois sociétés (China Jiangsu, Itqane, Onomo, et Albedo) qui seraient lésés dans leurs droits alors que l’Inspection Générale du Travail et le Ministère, saisis par l’UGTG, ne fourniraient aucun effort pour les protéger ;

–       les accidents de travail qui auraient été signalés à l’IGT et qui n’auraient pas connu de suite ;

–       l’absence de mesures et équipements de sécurité qui met en danger les ouvriers sur les chantiers de BTP

Sur tous ces points, les informations obtenues de l’Inspection Générale du Travail sont les suivantes ;

–       China Jiangsu : Une plainte avait effectivement été déposée en date du 19 juillet 2017. Pour les besoins du traitement de la plainte, les deux plaignants devaient fournir un commencement de preuve les rattachant à la société incriminée, ce qui n’a pas été fait. Le 02 aout 2017, ces deux plaignants sont revenus à la charge, cette fois encore, sans aucun document. Encore une fois, promesse avait été prise d’apporter lesdits documents, ce qui n’est pas effectif à date.

–       Itqane : suite à une inspection en date du 04 janvier 2017, une lettre d’observation des manquements constatés a été adressé à l’employeur.

–       Onomo : à date, l’IGT n’a reçu aucune réclamation ni de plainte contre cet employeur.

–       Albedo : deux litiges ont été portés à la connaissance de l’IGT début octobre. Le paiement du salaire du mois de septembre 2017 et les droits de fin de contrat. Le premier a été réglé le vendredi 6 octobre et le second en cours de traitement.

–       L’IGT n’a pas été saisi d’accidents de travail par un employeur. Néanmoins, à date, l’IGT a procédé au contrôle de 49 chantiers en partenariat avec le Gouvernorat de la ville de Conakry, 16 mises en demeure dressées suite aux irrégularités constatées, 09 procès-verbaux ont été dressés pour manquements graves à la législation du Travail et non-respect des injonctions des services techniques.

Il s’avère donc clairement que, sur la base des informations qui lui sont communiquées, l’IGT a systématiquement traité les dossiers à elle présentée, conformément à ses attributions.

Faut-il rappeler que la conciliation devant l’inspection du travail n’est que facultative, que cet organe n’a pas mandat de coercition et qu’en vertu de l’article 523 du Code du Travail, les travailleurs disposent de la faculté de saisir eux-mêmes directement la Juridiction du Travail ?

Il n’y a donc aucune justification à ces agitations parfois violentes et le Ministère s’interroge sur les réelles motivations de ceux qui commandent régulièrement des arrêts de chantiers, des débrayages inopinés et qui ont dirigé les récentes manifestations assorties de menaces physiques, invectives et perturbations de travail devant les services du Ministère en charge du Travail et la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.

Le Ministère rappelle que de telles méthodes de revendication ne sauraient être admises et qu’il est inadmissible qu’un syndicat, connaissant parfaitement le droit du Travail, ait systématiquement recours à ce procédé qui ne peut en aucun cas rendre service aux travailleurs qu’il prétend défendre

Il est d’ailleurs surprenant que ces événements surviennent au moment où, après des négociations empreintes de civisme et de responsabilité, le Gouvernement, le Patronat et les Syndicats les plus représentatifs (CNTG et USTG), sont parvenus à un premier accord majeur et continuent à discuter sur plusieurs points concernant les droits des travailleurs.

Le Ministère en charge du Travail rappelle que les revendications légitimes des travailleurs sont règlementées par la Loi et que des procédures judiciaires sont en cours pour sanctionner ce type de comportement.

Damantang Albert Camara

 Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail

Porte-parole du Gouvernement

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top