A LA UNE

Education : entretien exclusif avec Arabé Condé, Directrice préfectorale de l’éducation de Fria

Plus de trois mois après sa prise de fonction à la tête de la Direction Préfectorale de l’Education (Dpe) de Fria,  Arabé Condé, professeur d’anglais, précédemment DPE de Forécariah, s’est confiée ce mercredi 03 janvier 2018 à la rédaction  préfectorale de Mosaiqueguinée.com de Fria.

Elle est revenue sur sa nomination, ses objectifs et les problématiques principales  qui assaillent l’épanouissement de l’école locale.

Mosaiqueguinée.com : après votre nomination, quels ont été vos premiers sentiments ?

Arabé Condé : merci ! Je commencerais d’abord par remercier le Président de la République, Alpha Condé pour le décret du 16 septembre 2017 me portant à la tête de la Direction Préfectorale de l’Education de Fria. C’est un sentiment de joie d’être reconduite au poste de DPE de Fria après la préfecture de Forécariah.

Mosaiqueguinée.com : après avoir sillonné les différents établissements d’enseignement scolaire de la commune urbaine ainsi que dans les trois (3) communes rurales que compte la préfecture, quels constats avez-vous faits ?

Arabé Condé : mes constats ne sont pas forcément mauvais. J’ai insisté à renforcer la propriété dans l’enceinte et dans les salles de classe aussi bien dans la commune urbaine que dans les communes rurales. Nous travaillons actuellement avec des ONG locales et des personnes de bonne volonté dans la rénovation des infrastructures existantes afin d’offrir un meilleur cadre d’apprentissage aux élèves de la localité.

Mosaiqueguinée.com : lors des derniers examens nationaux, le ministère en charge de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation a prôné l’application du slogan « Tolérance Zéro » qui a eu des répercussions sur les résultats scolaires. Quelle appréciation faites-vous de cette initiative gouvernementale en faveur d’une école nationale plus compétitive ?

Arabé Condé : le slogan ‘‘Tolérance Zéro’’ est une réalité en Guinée. Nous voulons que les élèves soient compétitifs au plan national et international. Ce slogan est aussi valable pour les enseignants. Il faut que chacun se remette en question. Nous y travaillons pour que l’élève soit admis à la sueur de son front. Une façon de mettre en exergue la valeur intrinsèque de l’élève. C’est ce qui justifie cette réforme gouvernementale.

Mosaiqueguinée.com : quels sont les défis à relever après l’échec au baccalauréat session 2017 avec le famélique taux de réussite de plus de 11% au niveau local ?

Arabé Condé : depuis ma nomination, voyant le taux de réussite de 11%, j’ai trouvé que c’était vraiment inquiétant. C’est un grand défi qui interpelle chacun de nous. Les responsabilités sont partagées. Les enseignants doivent tirer les leçons et aussi les parents qui, à plus de 80%, sont aujourd’hui démissionnaires. Cela est déplorable. Les enfants passent plus de temps avec les parents qu’avec leurs maitres dans les classes donc il faudra à l’avenir plus de suivi et d’accompagnement. Il faut que nous conjuguions les mêmes efforts afin d’atteindre les objectifs en termes de bons résultats.

Mosaiqueguinée.com : la question de la remise à niveau de certains professionnels de l’éducation demeure un sujet d’actualité majeure. Qu’entendez-vous faire  sur le terrain pour des enseignants plus qualifiés au service d’une éducation qui se veut forte ?

Arabé Condé : ce n’est pas pour rien qu’il y a dans toutes les DCE, IRE et DPE du pays des cellules de formation continue. Les besoins sont chaque année connus et identifiés au niveau élémentaire et secondaire. A partir de là, les formations temporaires sont organisées pour rehausser le niveau des enseignants. C’est également le cas dans la préfecture de Fria.

Mosaiqueguinée.com : la précarité et la vétusté des infrastructures scolaires restent parmi les nombreux défis  que le  ministère de tutelle s’est engagé à relever. Que comptez-vous envisager sur ce volet au niveau local ?

Arabé Condé : c’est vrai que je représente le gouvernement à Fria en matière de développement de l’Education mais je ne suis pas l’Etat. Nous continuions à attirer l’attention des pouvoirs publics et des partenaires techniques. Déjà nous saluons les actions des ONG comme ARSYF en collaboration avec VIVO ERNERGY qui sont en train de construire des latrines dans certains collèges de Fria notamment le plus grand, le complexe Josip Broz Tito. Ce type de partenariat, nous le poursuivons en vue de redonner une seconde jeunesse aux écoles de Fria.

Mosaiqueguinée.com : les APEAE doivent apporter leur pierre à l’édification d’un bon système éducatif à Fria. Quelle sera leur partition pour une école d’excellence?

Arabé Condé : nous attendons beaucoup des APEAE. Au-delà de la cotisation parentale, nous voudrions plus d’impact dans le suivi des élèves et des enseignants. Elles doivent être des organes de contrôle de l’action éducative pour un système éducatif plus efficace.

Entretien réalisé par Abdoulay GV, le correspondant préfectoral de Mosaiqueguinée.com

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top