Actualités

SLEC-G : Louis M’Bemba Soumah justifie l’exclusion d’Aboubacar Soumah et ce dernier contre-attaque.

Exclut du SLECG, Aboubacar Soumah, le désormais ancien membre du SLECG s’affronte dans les médias avec Louis M’bémba Soumah, Secrétaire général de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) et auteur présumé de son exclusion.

Invité ce jeudi matin dans l’émission les Grandes Gueules sur Espace FM, Louis M’Bemba Soumah, a dans son intervention expliqué les raisons pour les lesquelles Aboubacar Soumah, secétaire général adjoint du SLECG, est d’après lui, exclu de cette formation syndicale.

« (…) il s’est permis de voler par effraction  des cartes de membres dans le bureau du trésorier et il est allé les distribuer. Non content de ça, il est allé imprimer des cartes du SLECG qu’il signe de lui-même et part distribuer. Il se permet d’organiser des assemblées générales et des réunions clandestines sans l’aval du bureau national dont il n’est même pas le premier responsable. Il se permet également d’envoyer à l’intérieur du pays des jeunes qui ne sont  même pas syndicalistes  pour aller remettre en place d’autres bureaux du SLECG. On dirait qu’il n’est pas normal, on dirait que c’est la folie qui le prend », s’emporte Louis M’Bemba Soumah, secrétaire général de l’USTG.

Joint dans la même émission pour répondre aux accusations portées contre lui par Louis M’bémba Soumah,  Aboubacar Soumah a rejeté en bloc ces accusations  contre sa personne et estime que ce choix se justifie par la corruption.

« Pour moi, cette exclusion se justifie par l’argent. Quand l’argent parle, la raison se tait, c’est ce qui fait que ces secrétaires généraux ont pris cette décision  et je ne reconnais pas ces accusations. Je suis très étonné de cette sortie », conclut Aboubacar Soumah.

En tout cas, Aboubacar Soumah aujourd’hui exclut du SLECG menace de revenir à la charge dès la première semaine du mois de février prochain en relançant la grève qu’il a suspendue en décembre dernier à la suite de l’intervention des religieux.

Alhassane Djigué

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top