Actualités

Aliou Bah : Alpha Conde aurait été crédible dans sa critique contre Lansana Conté à deux conditions (Tribune)

(Ceci est l’opinion de quelqu’un) Alpha Conde aurait été crédible dans sa critique contre Lansana Conté à deux conditions: s’il avait gouverné différemment et n’avait pas recyclé ses anciens ministres. Sa gestion, certains de ses choix de collaboration et fréquentation, la non-publication du résultat des audits qu’il prétend détenir depuis des lustres, le disqualifie pour porter un jugement de valeur sur le régime du PUP.

L’une des illustrations évidentes est le fait d’avoir créé un rapprochement stratégique avec Elhaj Sekhouna Soumah dont il a réactivé et renforcer l’influence uniquement pour le besoin de son agenda ethnico-regional. Dans un système avec un exécutif ultra puissant où le poste de premier ministre n’était pas constitutionnel, il est aberrant de vouloir faire croire que le président était bien mais que ce sont ses ministres qui étaient mauvais.

Avant tout la qualité d’un dirigeant se vérifie dans le choix des hommes et sa capacité à les mettre au travail. Étant donné que seul le président dispose du pouvoir de nomination par décret, il est par conséquent responsable du bilan global ( positif ou négatif).

Alors a tout de point de vue Alpha Condé fait de la diversion qui consiste à accuser des ministres et innocenter celui qui les a nommé. En plus d’être pauvre en argumentaire, son discours n’est ni honnête ni élégant car tout le monde se rappelle de ce qu’il disait du président Conté à l’époque. Aujourd’hui il ne l’épargne de ses critiques que pour des raisons de stratégie politico ethnique.

Ce qui est encore plus regrettable pour celui qui est au crépuscule de sa carrière, est qu’au lieu de tenir des discours d’un homme d’État, il continue de garder la posture d’un opposant en quête d’électorat. Malgré l’évolution du contexte qui a permis l’arrivée au pouvoir d’un président civil supposé intellectuel et aussi la constitutionnalisation du poste de Premier ministre, la marge de manoeuvre reste encore très étroite pour celui qui occupe cette fonction.

Et pour le moment le constat qui s’impose est qu’il ne peut être que ce que le président veut qu’il soit : un simple figurant. D’ailleurs, le fait pour Alpha Condé de rappeler souvent ce que disait Conté << je ne suis pas instruit, faites ce qui est bon pour le pays…>> en soutenant qu’il aurait ete trompé pendant 24 ans, ne dédouane non seulement pas celui-ci de l’échec de sa gouvernance mais semble être une astuce qui vise à faire admettre aux prochaines générations aussi que << Alpha était bien mais ce sont ses ministres qui ont fait échouer la Guinée…>>.

Ce jeu mérite d’être compris car ce type de discours dépourvu de sens devient finalement une insulte a l’intelligence car il prépare la mémoire collective à trouver une excuse à celui qui est le premier responsable des dérives que le pays traverse en ce moment. En matière de résultats et d’ambitions, notre président aurait gagné plus de hauteur à se comparer à ses homologues des autres pays que de se réduire dans le petit jeu politique qui consiste à se mesurer à des personnes qui n’ont été que des ministres d’un régime militaire ( cela ne les rend pas irréprochables bien entendu ).

Mais cette attitude semble être un complexe chronique de la part du président de la république et président du RPG. C’est pourquoi la fonction présidentielle continuera d’en souffrir et l’image du pays avec.

Aliou BAH Direction de Com du BL

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top