Actualités

Violences post-électorales : les sages de Dabondy-rails et de la carrière recourent à la sensibilisation pour calmer la situation

Depuis mercredi, des violences ont été enregistrées à la Carrière dans la commune de Matam où un jeune étudiant avait été tué ce vendredi après l’enterrement de Mamadou Djakwane Diallo, des tensions ont aussi régné entre les habitants des deux quartiers Carrière et Dabondy où des véhicules ont été brûlés, des maisons saccagées et leurs contenus emportés .Vue cette situation qui prévaut dans ces deux quartiers, les sages et les chefs des deux quartiers se sont réunis pour contenir cette situation au sein de leurs quartiers.

Après quelques heures de concertation entre les sages et les deux chefs de quartiers, ils se sont mis d’accord autour de la nécessité de sensibiliser les deux camps afin de calmer la situation qui prévaut actuellement dans les quartiers : Carrière et Dabondy.

Sylla Ousmane président du conseil de quartier Dabondy-rails, est revenu sur cette réunion tenue le lendemain de ces événements.

« Il s’agit des deux quartiers par ce que depuis plus de trois jours, nous sommes dans les violences enclenchées par les jeunes de mon quartier et ceux de la Carrière qui viennent rentrer dans mon quartier, bruler des voitures, saccager des maisons et emporter leurs contenus. C’est pour cette raison que les sages et les deux chefs de quartier ont pris la peine de venir s’assoir pour prendre une décision disant que chacun en ce qui le concerne puisse donner des conseils à sa jeunesse pour la calmer. Parce que jusqu’au moment où je vous parle comme ça, les jeunes de la Carrière sont regroupés d’un côté et ceux de Dabondy-rails de l’autre », a expliqué Sylla Ousmane président du conseil de quartier de Dabondy-rails.  

Certains citoyens de ces quartiers nous ont confié que l’origine de ce drame serait le vol d’un téléphone le jour du décès de Mamadou Djakwane Diallo, lors de l’enterrement, ils ont aperçu ce jeune qui avait pris le téléphone et ont promis de récupérer le téléphone après l’enterrement et c’est là que tout a commencé.

Une information qui reste à vérifier, car les responsables de quartier ne confirment pas cette information.

 

 

Aissata Barry   

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top