A LA UNE

08 mars : entretien avec Djenabou Batco Diallo, présidente de l’association de défense des droits des femmes de Fria

A l’occasion de la célébration de la fête internationale de la femme, Madame Guèye Djenabou Batco Diallo, présidente de l’association de défense des droits des femmes de Fria (ADDFF), a accordé un entretien à  la rédaction préfectorale de Mosaiqueguinee.com.  Elle est revenue sur la portée de cette journée et les nombreuses difficultés que rencontrent les filles et femmes de Fria.

Mosaiqueguinee.com : en tant qu’activiste qui se bat pour la protection des droits des filles et femmes de Fria, quelle signification donneriez-vous à cette fête ?

Djenabou Diallo: je dirais que la fête internationale des femmes a pour credo, l’égalité entre les hommes et les femmes.

C’est donc un symbole pour toutes les femmes, notamment sur le plan du travail puisque l’égalité des chances à ce niveau a été à l’origine de la création de cette grande journée. Ce jour est aussi l’occasion de parler de nous les femmes, de nos droits et de nos difficultés.

Mosaiqueguinee.com: quelles formes de violence subissent aujourd’hui les filles et femmes de Fria ?

Djenabou Diallo: au niveau de la préfecture de Fria, les formes de violence dont sont victimes les filles et femmes sont multiples. Il y a notamment les violences conjugales. L’association que j’ai aujourd’hui l’honneur de présider,  a déjà répertorié 21 cas de violences corporelles dans des foyers. Après, il y à les violences économiques, l’excision, les mutilations génitales féminines et surtout les cas de viols sur les filles qui inquiètent de plus en plus.

Mosaiqueguinee.com :  comment comptez-vous aider les femmes à avoir accès aux actes juridiques ?

Djenabou Diallo: nous avons déjà fait des émissions à la radio pour sensibiliser les femmes de Fria. La situation à ce jour ne semble pas bouger.  Donc il faut poursuivre les activités de conscientisation.

A ce titre nous avons décidé de changer de stratégie en identifiant d’abord celles d’entre elles qui n’ont pas de documents administratifs et juridiques, les accompagner afin qu’elles puissent s’en approprier  pour faire valoir tous leurs droits. Pour le cas du mariage en exemple, beaucoup de femmes nous disent qu’elles sont déjà mariées devant Dieu, alors qu’il faut aussi le faire devant les hommes pour se protéger contre d’éventuels abus.

Mosaiqueguinee.com : comment sensibiliser et amener les femmes avec les femmes à lutter contre l’excision et les mutilations génitales féminines (MGF)?

Djenabou Diallo: au départ ce n’était pas facile, à cause de la tradition et des habitudes. Mais avec le temps, plusieurs femmes intellectuelles ont compris la dangerosité du phénomène même si certaines  le pratiquent encore en cachette durant les périodes de grandes vacances. Nous nous sommes inscrites dans une démarche de sensibilisation et nous poursuivons nos activités sur le terrain avec les femmes. En Guinée, environ 90% des femmes ont subi cette opération honteuse.

Mosaiqueguinee.com: plusieurs femmes de Fria sont confrontées aux problèmes liés à la succession et à l’héritage. Quels accompagnements faites-vous dans ce cadre ?

Djenabou Diallo :  pour le moment, nous n’avons pas été confrontées à cela. Mieux vaut prévenir que guérir. Il faut être dans l’anticipation en aidant les femmes à avoir des extraits d’acte de mariage pour qu’elles puissent bénéficier de l’héritage en cas de divorce ou de décès de leurs époux.

Mosaiqueguinee.com: comment lutter contre la discrimination dans les instances de prise de décision au niveau local?

Djebabou Diallo : il y a la formation d’abord. Les femmes doivent accepter de se former. Le droit ne se donne pas, il s’arrache. Et puis, je ne saurais terminer cette interview sans vous dire que pour marquer la célébration du 8 mars, nous membres de la structure ADDFF, nous organisons une marche pacifique pour dénoncer les violences faites aux femmes de Fria et une conférence le même jour à la mairie de Fria sous le thème, « Défi pour l’égalité entre les hommes et les femmes et l’autonomisation des femmes rurales » pour matérialiser notre volonté de liberté et notre détermination d’émancipation à tous les niveaux.

Entretien réalisé par Abdoulaye GV, correspondant préfectoral de Mosaiqueguinee

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top