Actualités

Journée internationale des femmes :Mariame parle de son métier de soudure à Mamou

A l’occasion de la célébration de la journée internationale des femmes, le correspondant de Mosaiqueguinee.com à Mamou est allé, mercredi, 7 mars 2018, à la rencontre d’une jeune fille qui travaille dans un atelier de soudure au quartier Poudrière.

Mariame Diané comme c’est d’elle qu’il s’agit, est âgée seulement d’une vingtaine d’années et parallèlement à la soudure, elle fait aussi la classe de 10ème année.

Mosaiqueguinee.com : Bonjour Mariame !

Mariame Diané : Oui Bonjour !

Mosaiqueguinee.com : explique-nous comment tu t’es retrouvée dans ce métier.

Mariame Diané : Je me suis retrouvée dans ce métier à cause de ma mère qui ne voulait pas que je fasse un travail féminin. Elle m’a alors dit de choisir entre la soudure et la vitrerie, j’ai choisi la soudure. C’est comme ça que j’ai commencé ce travail. Evidemment avec le soutien de mon père.

Mosaiqueguinee.com : Tu es la seule fille dans cet atelier, comment sont les rapports entre toi et les hommes ?

Mariame Diané : c’est le respect qu’il y a entre les hommes et moi. Même si parfois, il y a de petites disputes qui éclatent entre nous, mais elles s’inscrivent dans le cadre du travail.

Est-ce que tu arrives à faire le travail comme les hommes?

La seule différence, c’est par ce que moi, je n’ai pas beaucoup de force. Donc tout ce qui est force, ce sont des garçons qui font. Mais dans ma tête, je me dis qu’un jour, moi aussi je pourrai faire comme les hommes même si ce n’est pas à cent pour cent.

Depuis combien d’année tu fais ce travail ?

Depuis trois ans.

Tu es aussi élève en classe d’examen, comment tu parviens à apprendre ce métier et poursuivre les études ?

Parfois, je quitte l’école à 12h, parfois à 14h. Après l’école, je reviens à la maison, je prépare le riz, après je pars à l’atelier. Je travaille jusqu’à 21h avant de rentrer chez moi. Je me repose jusqu’à zéro heure, je prends mes cahiers, je révise avant de dormir.

Tu es l’une des rares filles qui s’attèle à ce travail, est-ce que tes amis (es) de quartier ou de l’école ne se moquent pas de toi parfois?

Bien sûr ! Parfois mes amis se moquent de moi, mais moi je m’en fous.

Alors, on tend vers la fin de cet entretien, mais avant, dis-nous, c’est quoi ton rêve ?

Mon rêve, c’est d’avoir mon propre atelier un jour, pour que je puisse subvenir aux besoins de ma famille.

Ce jeudi, 8 mars 2018, c’est la journée internationale des femmes, tu as un message particulier à l’endroit des jeunes filles de ton âge ?

J’encourage beaucoup les filles. Il y a certaines qui disent que tel travail, c’est pour les hommes, tel autre, c’est pour les femmes. Que tu sois fille ou garçon, si tu as la volonté, tu pourras faire n’importe quel travail.

Mariame Diané, Merci.

Merci à vous.

 

Entretien réalisé par Alpha Mamoudou Barry, correspondant de Mosaiqueguinee.com à Mamou.

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top