Actualités

Monsieur le Président, Écoutez moi attentivement, l’heure est grave … Cher Président (Opinion)

Le climat sociopolitique national vient de franchir un cap très inquiétant dans notre pays. En plus de ces maux qui altèrent le vivre-ensemble, s’ajoutent une grogne sociale inquiétante, le discrédit d’une grande partie de la classe sociale, les caprices d’une administration moribonde, l’inexistence d’une opposition politique responsable et conséquente, et le désamour d’un peuple vis-à-vis d’une élite démissionnée.

Cette absence de confiance généralisée fait courir au pays, d’énormes risques graves. Il s’agit entre autre, le risque de manquer de repères et de leaders pour des besoins de mobilisation nationale. Face aux maux qui minent la Nation, un sursaut national est indispensable pour sauver la partie. Et cela, peu importe le prix à payer.

Avons-nous besoin de rappeler que la Guinée traverse l’une des périodes les plus difficiles et complexes de son histoire?  Car ce qui ce passe actuellement à Conakry, ne rassure point et inquiète le commun du guinéen pour l’avenir de notre chère patrie! Si nous ne prenons pas le taureau par les cornes, je crains fort que demain qu’il ne soit trop tard!

Nous avons l’impression que, eu égard à tous ces feuilletons honteux qui mettent sur la place publique le vrai visage de votre gouvernance et de votre régime que Chaque jour qui passe, nous rapproche inéluctablement du chaos. La menace se précise davantage et l’inquiétude grandie. Si rien n’est fait, l’explosion attend à la porte de l’État à travers des pressions de plus en plus forte.

Jusqu’hier soir (Mercredi)  je croyais vivre dans un État et dans une République. Mais ce que nous avons vécu hier est le signe d’un État qui a failli face à ses responsabilités et qui a cessé d’exister. Un État qui a coupé le pont avec les valeurs fondatrices de notre identité nationale!!

Monsieur le Président,

Il vous souviendra qu’en 2007 le peuple souverain de Guinée s’est soulevé contre un régime qu’il a qualifié de corrompu et d’incapable. À votre arrivée au pouvoir,  on espérait avoir mis fin à ce qui avait motivé ce soulèvement populaire et courageux du vaillant peuple de Guinée. On espérait vivre dans une ère nouvelle avec un Etat fort, une République basée sur le respect des principes démocratiques et un développement harmonieux dépourvu de la corruption, de la gabegie et d’injustice.

Mais au regard de la gouvernance qui caractérise votre présidence, les signes d’espérance et de volonté de faire mieux tardent à venir. Cet espoir pour le Guinéen d’afficher sa fierté d’appartenir à cette grande nation semble désormais laisser place à la peur, à la précarité croissante et à  l’anxiété d’un lendemain qui parait incertain.

Cher Président,

Il faut impérativement rebâtir ce pays sur le socle des valeurs de la République jalousement défendues par les pères de notre indépendance à travers une nouvelle dynamique soumise aux attentes du peuple. Certes, beaucoup de ces dignitaires opportunistes perdront très certainement leurs privilèges. Mais dans tous les cas, c’est le seul prix à payer pour renforcer la crédibilité et l’autorité de l’Etat. Sinon sans un État juste, fort et capable, notre cher pays n’arrivera à relever aucun défi, même les plus petits. il ne faut pas se mentir à nous même.

Monsieur le président,

Je vous disais il y a quelques mois, que vous devez tout faire pour éviter l’effet pervers d’un mauvais entourage dont les conséquences peuvent être irréparables. Laissez moi vous dire que vous êtes très mal entouré et le gouvernement actuel à montré toutes ces limites. Car lorsqu’un peuple est en péril, comme c’est le cas actuellement en Guinée, le plus grand tort revient toujours au berger qui conduit le troupeau.

J’ai toujours dit et je ne cesserai de me répéter qu’il va falloir mettre de l’ordre dans la maison « Guinée » dans tous ses compartiments. Il va falloir sévir, démanteler les réseaux de corruption, agir par des actions concrètes et fortes. Notre pays a besoin de se réconcilier avec lui-même sous un leadership responsable et courageux. Et pour cela, il va falloir confier les fonctions ministérielles à des personnes dynamiques, intègres et patriotes qui savent allier célérité et efficience. Le peuple vous attend !

Dorah Aboubacar KOITA

Juriste et  Activiste de la Société Civile Guinéenne

00224-628020209/ Aboukoita@gmail.com

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top