Actualités

Affaire Ibrahima Sory Camara : son avocat salue l’avancée de la procédure

Déferré le vendredi dernier au tribunal de première instance de Mafanco, Ibrahima Sory Camara poursuit son séjour à la maison centrale de Coronthie à l’attente de son jugement. N’empêche, son avocat, Me Salif Béavogui, s’est réjoui de l’avancée de la procédure, qui selon lui, s’inscrit dans le cadre des flagrants délits.

Il l’a fait savoir ce lundi, 26 mars 2018, à l’occasion du procès du journaliste Moussa Moïse Sylla qui devrait se tenir au tribunal de Mafanco, mais qui a finalement été reporté à cause de la grève des gardes pénitenciers.

Me Salif Beavogui explique que depuis le déferrement de son client, la procédure en la matière suit son cours normal. Chose qui selon lui, est très salutaire.

« Comme vous le savez, nous sommes en flagrant délit. Cela veut dire que le prévenu doit être traduit directement devant la juridiction de jugement. Chose qui est faite, car depuis le vendredi dernier mon client a été traduit devant un tribunal. Il a été placé sous mandat de dépôt le même jour. Nous sommes lundi, c’est acceptable mardi aussi, c’est conforme à la loi et au cadre du flagrant délit. La procédure est dans le temps et nous savons tous que c’est ce temps qui est réservé à la juridiction de se mettre immédiatement en place. Je vous parle en connaissance de cause, aujourd’hui cette juridiction est mise en place et le dossier est arrivé entre les mains de la juridiction du jugement. Nous estimons qu’il est normal de tolérer ce petit retard, car en justice tout n’est pas mécanique. Et rassurez-vous que le procès s’ouvrira demain si toutefois la procédure est respectée comme elle l’a été jusqu’à ce jour», s’est réjoui Me Salif Béavogui, l’avocat d’Ibrahima Sory Camara, militant de l’UFDG.

Toutefois, il faut rappeler qu’aucun procès ne s’est tenu dans la journée de ce lundi dans ce tribunal et pour cause, les gardes pénitenciers, chargés de déplacer et de sécuriser des personnes en instance de jugement ont déclenché une grève aujourd’hui pour demander l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

Bouka Barry

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top