Actualités

Affaire QNET : de nouvelles accusations contre les Services Spéciaux de Tiégboro

 

Depuis un mois maintenant, c’est une véritable chasse qui est ouverte contre des responsables de la société de vente en ligne QNET, accusée d’arnaquer des Guinéens.

Plusieurs personnes dont le consultant résidant de la société  avaient été arrêtées par les agents du Secrétariat Général à la Présidence chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et les crimes organisés. Ces personnes ont été libérées quelques jours après par la Justice.

A l’occasion d’un point de presse qu’il a organisé vendredi 30 mars 2018 à Nongo, le principal concerné dans cette affaire, Souleymane Doumbouya, est revenu sur les « tracasseries » subies par lui et ses agents avant d’accuser à nouveau les éléments de Colonel Moussa Tiegboro Camara.

《 QNET n’est pas une organisation caritative, il n’y a pas d’arnaque. (…) Il y a des jeunes et de femmes qui ont pu gagner leur vie à travers cette activité. Mais aujourd’hui, ils ont peur parce qu’ils sont cueillis comme des poussins par le service du Colonel Moussa Tiegboro Camara. Personnellement, ils m’ont arrêté et m’ont séquestré pendant quatre jours pour rien. A la fin, il y a eu rançonnement contre mon gré… S’il veut, qu’il porte plainte, je vais aller démontrer qu’il m’a rançonné. Ils m’ont pris les 200 dollars que j’avais dans ma poche. Ils nous ont pris 80 millions de francs guinéens》, a-t-il accusé.

Souleymane Doumbouya avait-il piqué une crise dans les locaux  des services spéciaux pour être transporté d’urgence à l’hôpital comme le faisait croire Tiegboro  ?

« Ce n’est pas moi qui suis allé à l’hôpital, ce sont les gens de Tiegboro qui m’ont envoyé au camp Samory. J’ai encore les papiers. J’ai demandé qu’est-ce qu’il y a, ils m’ont dit : tu es une personnalité, on t’a retenu dans des mauvaises conditions, nous voulons nous rassurer que tu nous quittes sans problème… », a expliqué le consultant résidant de QNET en Guinée.

« Colonel Tiegboro est en train de faire des arrestations arbitraires. Les jeunes qui sont là-bas, ils leur ont retiré beaucoup de téléphones et ils ne veulent pas les leur restituer », a conclu Souleymane Doumbouya qui cherche à soigner à tout prix son image jusque-là »ternie ».

Diakité 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top