A LA UNE

Deuxième édition de la Grande nuit des médias guinéens : des ateliers et de nouveaux prix annoncés

La structure Wassolon Agency Communication était ce jeudi, 12 avril 2018, devant un parterre de journalistes pour annoncer les couleurs de la deuxième édition de  la Grande nuit des Médias Guinéens. C’était au restaurant Victoria, situé à Petit Symbaya, commune de Ratoma.

Une activité qu’elle organise chaque année, pour célébrer la journée internationale de la liberté de la presse. Cette année, le thème choisi est : « Les médias guinéens face au double défi des mutations numériques et de la responsabilité sociale ».

« Nous avons prévu trois journées d’activités qui commencent le 1er mai 2018. Ce jour, nous organisons une formation à l’intention des journalistes reporters. Elle devrait concerner 30 journalistes reporters venant des différentes rédactions. Le 02 mai, c’est une journée d’échanges avec les étudiants en journalisme, une expérience que nous rééditons.

Nous sommes en train d’identifier là où elle se tiendra. Le 03 mai, c’est la grande soirée des médias guinéens, qui sera marquée par des interventions sur la thématique « Les médias guinéens face au double défi des mutations numériques et de la responsabilité sociale ». Cette soirée, qui aura lieu dans un hôtel de la place, est placée sous le haut patronage du Chef de l’Etat« , a expliqué Aboubacar Diallo, Directeur général de la structure Wassolon Agency Communication.

Autre innovation de cette deuxième édition, c’est la remise de prix à des jeunes reporters, et à des médias qui réussissent à se démarquer des autres non seulement sur le plan salarial, mais aussi par rapport au cadre de travail.

« Il y a le prix du média ayant le meilleur cadre de travail. Ensuite c’est le prix du média ayant la meilleure grille salariale. Le troisième, c’est le prix du jeune journaliste espoir. Quatrièmement, il y a le prix du courage professionnel. Et le cinquième c’est le prix spécial du jury de la rigueur professionnelle », souligne-t-il.

Le prix du courage professionnel portera le nom du journaliste Mohamed Koula Diallo, assassiné dans l’exercice de son métier en marge d’une réunion politique. Une manière pour la structure de lui rendre un hommage.

L’organisation de cet événement est  partie du constat d’une célébration morose de la journée internationale de la liberté de la presse en Guinée.

Abdourahamane Diallo

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top