Actualités

Faux passeports : des agents arrêtés, les ramifications démantelées

Après l’arrivée du passeport biométrique,  les Guinéens ont parié sur la fin du commerce  de leurs précieux  documents de voyage  aux étrangers, mais hélas, les habitudes ayant la peau dure en Guinée, des responsables de la police (en se fondant sur l’identité des personnes arrêtées pour la fraude qui sont pour la plupart des policiers) ont continué à   faire leurs prévisions de fortune  dans ce commerce frauduleux.  Plusieurs d’entre eux se sont fait chopper à cet effet  par des vrais policiers. Ils sont plus d’une vingtaine chiffrée,   accusés d’avoir vendu les passeports guinéens aux étrangers.

Comment cela pourrait bien arriver ? Nous avons interrogé un des responsables de la police au cœur de l’enquête.

Lisez !!!

« La société IRIS (NB : la société qui a le contrat de fabrication des passeports en Guinée) nous envoie des lots de passeports vierges. C’est nous qui les lui livrons à partir de notre stock chaque fois qu’elle en a besoin, c’est-à-dire chaque fois que ça manque ici à la fabrication pour les clients. Des agents véreux profitent donc pour subtiliser dans le lot à notre disposition, c’est-à-dire le lot qui est gardé par l’Etat, pour les personnaliser aux noms de ceux qui leur payent de l’argent, avec des anciennes machines de fabrication des passeports ordinaires   qu’ils ont cachées chez eux. C’est avec ces machines qui devraient pourtant être brûlées, qu’ils fabriquent de faux passeports.  Mais ce qu’ils n’ont pas compris, c’est que ces nouveaux passeports biométriques ont une puce qui ne peut  être décodée que par les machines de la société IRIS. Donc, les bénéficiaires sont arrêtés aux contrôles dans les aéroports, car on y a  trouvé que la puce qui doit contenir toutes leurs données, n’est pas activée. Ces policiers délinquants sont aussi  arrêtés grâce aux numéros de série se trouvant sur ses passeports. A partir de ces numéros, nous avons pu tracer la file… », a expliqué ce responsable de la police.

A rappeler que la fraude a coûté la place à l’adjoint de l’actuel Directeur de la police de l’air. Ce dernier soupçonné de complicité a été limogé l’année dernière et la ramification continue d’être démantelée.

Dossier à suivre……………

ML Cissé  

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top