A LA UNE

Protection sociale en Guinée : des journalistes à l’école du PNDES et de la PNPS

De la droite vers la gauche, Mme Keita Aissatou Bah, M. Fofana et M. Camara

Près d’une vingtaine de journalistes, travaillant au compte de médias publics et privés de la place, tous membres du Réseau des Journalistes Guinéens pour la Protection Sociale (Rejgui-ps), prennent part à une session de formation.

Elle porte sur le Plan National de Développement Economique et Social (Pndes) et la Politique Nationale de Protection Sociale (PNPS). C’est une initiative du Projet de Filets Sociaux Productifs.

Présidant la cérémonie d’ouverture ce mardi 17 avril 2018, au nom du Coordinateur du Projet de Filets Sociaux Productifs, Madame Keïta Aïssatou Bah, responsable Communication du Projet, a commencé par préciser que cette action s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre d’une convention existant entre le projet de Filets Sociaux Productifs et le Réseau des Journalistes Guinéens pour la Protection Sociale.

En fin d’année 2017, le REJGUI-PS s’est doté d’un plan d’action annuel. C’était à l’occasion d’une retraite organisée à cet effet dans la ville de Kindia, grâce au soutien du projet de Filets Sociaux Productifs. L’atelier qui a démarré ce mardi 17 avril constitue une partie du volet Renforcement de capacités contenu dans ledit plan d’action.

« On a décidé de vous outiller, vous acteurs des médias, sur le Plan National de Développement Economique et Social (Pndes) pour pouvoir justement parvenir à la vulgarisation du contenu de ce document auprès de la population« , a-t-elle affirmé. Avant d’annoncer l’ouverture des travaux, Mme Keïta a particulièrement remercié le facilitateur, Abdoulaye Fofana, chef de division Prospective et Planification au ministère du Plan et de la Coopération Internationale.

A son tour, M. Fofana a rappelé que le PNDES a été élaboré depuis l’an 2016. Seulement ce plan n’est pas suffisamment connu par la population, déplore-t-il. C’est pourquoi, selon lui, cet atelier a une importance capitale.

Les échanges de cette première journée ont permis aux participants, d’avoir des éclaircissements autour de certains aspects du PNDES qui n’est qu’une partie d’un lot de cinq plans prévus afin d’atteindre la vision 2040 de la troisième République.

Au nom des participants, Abdoul Karim Camara, vice-président du REJGUI-PS, a tenu à remercier le projet de filets sociaux Productifs pour les nombreux  accompagnements.

Thierno Amadou M’Bonet Camara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top